The Sojourn

Test : The Sojourn

Ombre et lumière

The Sojourn
Date de sortie
20/09/2019
Studio
Shifting Tides
Plateforme
Epic Store
Notre score
8

Développé par Shifting Tides, The Sojourn est un jeu de Puzzle à la première personne dans lequel on va devoir traverser les mondes parallèles de la lumière et des ténèbres à la recherche de réponses sur la nature de la réalité. Vous allez me dire que ça a l’air bien compliqué pour un simple jeu de puzzle mais on se rend très vite compte en jouant au jeu qu’il y a derrière un profond message qui touche à la philosophie, l’art et l’histoire. Il s’agit du tout premier jeu de ce nouveau studio constitué de 4 développeurs et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il se démarque très fortement des autres jeux du genre. Les connaisseurs y retrouveront un petit côté The Witness mais ce sera limité The Sojourn à un simple ersatz ce qu’il n’est très clairement pas.

The Sojourn est une aventure remarquable que ce soit au niveau du design, du discours mais aussi au niveau des puzzles. On débarque donc dans un monde de lumière mais qui n’est pas aussi neutre et naturel qu’il n’en a l’air. Sans trop de longs discours et d’explications monotones, le jeu nous narre avant tout une histoire et se révèle être une sympathique quête initiatique. On va donc devoir résoudre des puzzles plus ou moins complexes en utilisant des puits de ténèbres qui vont altérer notre vision de ce monde idyllique et nous montrer son côté plus sombre et inquiétant.

Le gameplay est typique des jeu de puzzle à la première personne, on se déplace à la manette ou au combo clavier souris et on active des mécanismes afin d’arriver au bout dudit puzzle. Simple mais pas toujours aussi simple qu’on ne le croit. The Sojourn introduit parfaitement ses différents mécaniques de jeu par le biais de niveaux simples et assez explicites pour que l’on puisse comprendre ce qui est attendu de nous et comment parvenir à utiliser ces interrupteurs, instruments de musique et autres portails. Comme indiqué plus haut, le jeu se déroule en 2 phases principales le monde de lumière et le monde des ténèbres. Pour basculer de l’un à l’autre il faudra passer dans des puits d’obscurité nous octroyant ainsi la vue du monde des ténèbres.

The Darkness within

Dans le monde des ténèbres, on pourra ainsi voir des passages détruits dans le monde de la lumière et ainsi avancer dans notre progression du niveau. Le hic, c’est que l’on ne peut rester dans le monde des ténèbres que quelques instants et qu’il va falloir bien mettre à profit ce temps pour se déplacer et ainsi activer des statues prenant d’un coup leur place. Le temps n’avance que lorsque l’on se déplace dans ce monde et non quand on reste immobile. C’est pratique car on a pas la pression de devoir comboter entre les différents objets dans un temps limité et cela apporte mine de rien pas mal de sérénité au jeu et accentue fortement son côté méditatif et zen. On peut prendre donc la place d’une statue en étant dans le monde des ténèbres ce qui nous permettra d’avancer dans le niveau sans forcément utiliser notre temps.

Le but principal du jeu sera donc de bien comprendre où l’on doit placer les différents éléments déplaçables dans le niveau afin d’optimiser notre temps dans le monde obscur et placer les bons objets aux bons endroits. Sans rentrer trop en détail dans tous les objets du jeu, on pourra activer des instruments de musique réparant des passages de prime abord détruit, se téléporter à la place d’une statue soit dans le monde des ténèbres ou par le biais d’un artefact dans le monde de la lumière et autres cages dans lesquelles on devra faire rentrer les statues afin qu’elles débloquent des passages. Les niveaux les plus avancés nous feront bien réfléchir à bien imbriquer toutes ces mécaniques dans le bon ordre afin d’avoir chaque objet à sa place et de nous permettre d’atteindre la sortie en évitant d’être bloqué.

C’est forcément plus facile à faire qu’à faire car il y a largement de quoi se casser la tête dans The Sojourn. Comptez environ une douzaine de niveaux disséminés dans 4 mondes différents avec leurs ambiances uniques et leurs messages à faire passer. Comptez bien 10 heures de jeu pour en voir le bout et pour tout débloquer que ce soit au niveau des niveaux bonus et autres collectables présents dans les niveaux existants. On reste rarement bloqué pendant plus de 30 minutes dans un niveau et une pause aidera à mieux voir ce que le jeu attend de nous en matière de logique et de ce qu’il faut faire pour avancer. On remarquera une certaine logique dans la difficulté qui rend la progression agréable et nous fera passer pour des génies une fois la solution trouvée que ce soit sciemment ou par chance.

Into the Void

The Sojourn est jouable quelque soit notre niveau pour les jeux de puzzles et il est possible d’y jouer même si l’on a rien compris à The Witness. Le fait de jouer à la première personne ne bloque pas la compréhension des niveaux et cela aidera même à comprendre ce que le jeu attend de nous sur certains puzzles. Regardez bien le sol également, certains indices y sont placés pour vous faire comprendre que l’on attend un élément afin d’avancer. Les défis bonus sont plus complexes et ils nécessiteront de bien appréhender toutes les mécaniques pour en arriver à bout. J’ai également fort apprécier les minis défis au sein des niveaux plus traditionnels qui nous pousseront à réfléchir encore plus et à ne pas rusher le jeu sans réfléchir.

La difficulté est globalement correcte voir un peu facile pour les habitués. Je n’ai pas eu trop de difficulté à le terminer et j’ai même pu mettre à contribution mon fils de 9 ans qui est parvenu à résoudre des situations complexes mais logiques. C’est d’ailleurs la principale caractéristique du jeu, tout est logique une fois que l’on ne cherche pas à aller trop vite. Certains enchaînements d’actions se répètent trop souvent et la principale difficulté est de trouver où placer la statue au bon endroit afin de tout débloquer en 2-3 actions. Un bon timing n’est pas toujours nécessaire et si on se rend compte que l’on est trop court de quelques secondes, c’est que l’on est pas bien placé ou que l’on a pas compris la réelle logique dudit puzzle. Fort heureusement le cumul des mécaniques n’obscurcit pas notre raisonnement et notre jugement. Par ailleurs aucun de mes neurones n’a été blessé lors de mon temps de jeu ce qui en dit long sur la difficulté du jeu.

J’ai donc fortement apprécié ce que propose le jeu ne terme de narration et de son implication sur le gameplay et la logique à suivre des énigmes. On est pas dans le métaphysique chiant ou la quête initiatique lourdingue, on comprends très vite où le jeu souhaite en venir et j’ai bien aimé le message qu’il fait passer. Il n’est pas trop long pour son propre bien et on passe sans déplaisir d’une zone à l’autre avec son lot de surprises et d’attentes. Sachez toutefois que l’on peut jouer au jeu sans y chercher un Graal narratif et que la résolution des énigmes est une satisfaction suffisante pour apprécier le jeu à ce seul niveau d’implication personnelle. C’est dommage mais c’est possible.

Philo-so-chic!

Au niveau de la réalisation, The Sojourn est bien agréable surprise que ce soit au niveau du design global et des effets visuels. Le monde est splendide avec des skybox somptueuses et des environnements variés et plutôt stylés. Les effets ajoutés au monde des ténèbres est super réussi avec des déformations et des transformations inquiétantes. Le tout est super fluide même sur des configurations limitées. Je n’ai pas pu tester les versions console mais la version PC est parfaitement optimisée que ce soit sur des cartes de la génération 1070 ou même sur une 750ti par exemple. Vu la nature contemplative du jeu, le travail artistique est parfaitement mis en avant par la mise en scène des plans de caméras ou de la découverte des niveaux qui se construisent devant nos yeux ébahis. Le jeu est donc un réel plaisir pour les yeux mais aussi à regarder pour les non joueurs, on peut perdre pas mal de temps à regarder tout autour de soi et à se surprendre de trouver les décors superbes.

La maniabilité est excellente que ce soit avec la manette ou avec le combo clavier-souris. On peut se déplacer, sauter et activer les mécanismes, c’est limpide et je n’ai pas eu de soucis avec la maniabilité. Le jeu gère nativement les manettes récentes et les claviers AZERTY, l’inversion des axes est possible ce qui va ravir les plus anciens ou les fans de Falcon 4.0 comme c’est mon cas. On retrouve par ailleurs les réglages habituels des jeux basés sur le moteur Unreal. Le jeu ne gère pas encore le cloud du lanceur Epic ce qui vous obligera à sauvegarder votre fichier sur une clé externe si vous souhaitez jouer sur plusieurs ordinateurs.

La partie sonore est plus discrète avec de belles musiques prônant le calme et la méditation mais je me suis retrouvé à devoir augmenter leur volume pour réellement les entendre. Rien de bien grave mais cela ne constituera pas fondamentalement un point fort malgré leur qualité certaine. Les sons et autres effets sont bons mais ils n’ont rien de transcendant. Les principaux efforts ont été apporté à la réalisation graphique et cela se ressent tout le long du jeu.

T’as le look bobo.

Le jeu est intégralement traduit en français ce qui aidera grandement les joueurs à comprendre la véritable trame du jeu et surtout ce qu’il souhaite réellement nous dire. Le message passe par des parchemins que l’on débloque dans les défis bonus et je n’ai pas trouvé de fautes et autres gros problèmes de traductions. Le jeu pèse tout de même 3Go à l’installation, prévoyez donc quelques temps pour le télécharger. Sachez donc que le jeu sortira sur Steam l’année prochaine étant donné que les développeurs ont profité des avantages du Epic Store à savoir une meilleure rétribution ainsi que des frais limités lorsque l’on utiliser l’Unreal Engine. Ce n’est pas le jeu qui va faire changer d’avis les anti-Epic mais il a le mérite d’être là et surtout d’être mis en avant par Epic.

Au final, The Sojourn est une excellente surprise me concernant. Je m’attendais à ne retrouver qu’un simple jeu de puzzle magnifique et doté d’un direction artistique impeccable et je me suis retrouvé avec une histoire intéressante et de beaux messages à interpréter et à assimiler. Si vous aimez le genre, foncez vous ne serez pas déçu car il apporte une réelle dimension narrative à un genre qui ne fait pas toujours assez d’efforts à ce niveau là. On passe vraiment du bon temps dessus et ce malgré une difficulté un peu faible au niveau des puzzles proposés. Avec un peu de chance, le jeu va trouver son public et on aura droit à de nouveaux niveaux que ce soit en DLC ou sous forme d’ajouts gratuits. Il y a un réel potentiel derrière cet univers même si je doute qu’il y ait un jour une suite. En l’état actuel des choses The Sojourn est un des meilleurs jeux disponible sur l’Epic Store au rayon puzzle et pourtant il y a tout de même quelques autres très bons jeux du genre. A suivre donc!

Achat sur le Epic Store:

passionnant sur la lumière, les ténèbres et la nature de la réalité https://www.epicgames.com/store/fr/product/the-sojourn/home

Conclusion
The Sojourn est une franche réussite dans le genre et il fera le bonheur des amateurs de The Witness!
Les +
Superbe et fluide sur toutes les configurations
Bien plus malin qu'on ne le croit
Des énigmes complexes
La durée de vie
Les -
Assez facile pour les joueurs habitués au genre
8
Must Have
Plus d'articles
Bright Memory
Test: Bright Memory – Episode 1
leo adipiscing pulvinar mi, nunc massa