Critique : The Calm Blue Sea - Arrivals & Departures 2

Critique : The Calm Blue Sea – Arrivals & Departures

The Calm Blue Sea est un groupe américain de Post Rock qui n’a pas oublié d’apporter sa verve et ses guitares avec lui. Excellent en live, le groupe a connu des hauts et des bas tout au long de sa jeune carrière avec un split en 2009 pour mieux se reformer un an plus tard. Son premier album en  2007 a cartonné un peu partout et les a propulsé un peu trop en avant selon eux. Ils ont ensuite signé une bande son custom pour le film de Fritz Lang de 1924, Siegfried. Le groupe est revenu encore plus fort pour nous proposer son nouvel album, Arrivals & Departures disponible depuis le 9 octobre 2012. Le bond en avant semble conséquent selon le groupe, est-ce réellement le cas?

 

The Calm Blue Sea est un groupe qu’il ne faut pas prendre à la légère malgré son nom calme et reposant. Il sait faire monter la pression et faire exploser les guitares mieux que pas mal de ses congénères. A partir d’un petite intro belle et calme, le groupe nous façonne un premier titre traître et explosif comme on les aime.

Sous ses faux airs de Coldplay, il s’insinue tranquillement à base d’une légère complainte pour mieux faire sauter les compteurs. Rien à dire, le groupe est de retour et ca fait un bien fou. S’ensuit un titre qui aurait parfaitement sa place chez nos amis de The American DollarWe Will Never Be As Young As We Are Tonight. L’utilisation du piano est excellente et habile. Il ne cache pas la volonté de faire pleurer les guitares comme le genre l’impose.

Arrive dès lors le curieux Pont Des Mouton. Avec un nom pareil, le titre peut prêter à rire mais il n’en est rien. On tient là un beau titre un brin sombre et pesant tout en ambiance et en douces nuées de guitares éclatantes. Forcément à un moment, ca explose gentiment pour ne jamais redescendre. Diaspora ressemble à s’y méprendre au début de Samsara et nous promène doucement jusqu’au magnifique Mary Ann Nichols.Le groupe sait décidément bien amener son auditoire là où il veut, on flotte tranquillement au grès des guitares stridentes et des subtiles accélérations de rythme.

Tesoro est un autre titre magistral qui ne prend même pas la peine de prendre des gants pour déboucher nos oreilles si ce n’est le temps d’un break impromptu qui finira par disparaître pour nous accompagner au top avec un finish subtil.

To Approach the Vivian Girls sonne fleuri et délicat rien qu’au titre et effectivement le groupe se repose un peu avec un titre calme et presque plat, morne. Heureusement le titre a plus d’un tour dans son sac et se mue progressivement en rock  alternatif standard et de bon aloi. Difficile de ne pas tomber sous le charme du groupe et de cet album, les titres sont de très bonne facture et suffisamment différents les uns des autres pour ne pas nous ennuyer au bout de 3-4 titres.

Le groupe maîtrise parfaitement son sujet avec ce nouvel album et on ne pourra lui reprocher que certaines acquaintances avec The American Dollar sur certains titres.

TheCalmBlueSea_Web