Critique : Boduf Songs - This Alone Above Al Else In Spite Of Everything 3

Critique : Boduf Songs – This Alone Above Al Else In Spite Of Everything

Boduf songs est le nom pris par Mat Sweet, qui vit à Southampton en Angleterre. Il a donc commencé sa carrière en publiant des CD-Rs à son entourage et aux maisons de disque de son travail.

Il a aussi collaboré avec de nombreux amis artistes d’horizons bien différents en les aidant à produire leurs LP et EP. Il a donc décidé de se lancer seul dans l’aventure sous le pseudonyme de Boduf Songs.

Son premier album est enregistré avec pas mal d’instruments et un ordinateur en solo. Un label, Krank, tombe sous le charme et lui propose donc d’éditer son travail pour mon plus grand plaisir.

Depuis 2006, il alterne les EP et les LP et parvient à séduire un public certes restreint mais fidèle. A la croisée des genres, il est capable de satisfaire les fans d’indus, d’indie et de rock plus traditionnel tant sa musique parle à tous.

C’est donc le 6 septembre 2010 qu’est disponible son dernier album This Alone Above Al Else In Spite Of Everything que je me suis empressé d’acheter afin de vous faire découvrir cet artiste particulier.

Critique:
Bought Myself A Cat O Nine Tails
Oula, quelle entrée en matière! On est dans un trip sombre, lugubre et glauque. Le titre est minimaliste avec une voix superbe, posée et pénétrante. La voix se révèle être un instrument multiples et le micro laisse passer l’émotion subtile des reprises de respiration, cliquetis lingual et tant d’autres sons habituellement masqué. C’est sombre, c’est profondément binaire et ca laisse passer un doux message de tristesse et de solitude. Claque number 1.

Decapitation Blues
Bigger claque number 2! Le titre de l’album me concernant, c’est une nouvelle fois beau à en crever mais un poil plus varié que le titre précédent. On dirait du Nine Inch Nails époque The Fragile en plus minimaliste. Intestable comme diraient certains. A écouter d’urgence via le lien Utube ci-dessous.

Absolutely Null And Utterly Void
Son feutré et couvert, on effleure une nouvelle fois l’effroi et l’obscurité. La voix se mue ensuite pour mieux se faire désirer et faire passer son message, se sentir inexistant et vide. L’utilisation du synthé fait son petit effet vers le milieu du titre et nous prépare peu à peu à un sentiment d’isolation partagé avec l’artiste.

I Have Decided To Pass Through Matter
Le titre est un peu plus électronique et réminiscent d’un mix improbable entre indus et indie. Loin d’être mal à l’aise, on se délecte des bruits, des sons et surtout de la voix de Mat qui se répand en nos oreilles comme un sombre nectar funeste.

Green They Were, And Golden Eyed
Petit interlude d’une minute extrêmement dark et envoutant. Un hymne au nihilisme.

They Get On Slowly
Titre presque plus classique tant et si bien que l’on puisse parler de titre traditionnel avec cet artiste. Musicalement c’est plus varié avec une percussion et un synthé nébuleux qui tranchent foncièrement avec l’ambiance du début d’album. Pour la première fois on ne remarque pas que la voix de Mat en priorité sur ce titre. Encore une beauté fatale glacée sur cet album.

The Giant Umbilical Cord That Connects Your Brain To The Centre
Avec un nom pareil, on s’attend forcément à un titre fort et majeur de l’album. On a presque l’impression d’entendre Reptile au début pour ensuite être happé par le sublime air de guitare. On est donc seul au monde, isolé, connecté au vide qui constitue notre être éphémère. Ce n’est pas un retour en enfance mais plutôt un voyage intérieur à la limite du mystique. Claque number 3!

I Am Going Away And I Am Never Coming Back
Le dernier titre de l’album est aussi le plus traditionnel de l’album. On reste toujours dans la même lignée mais en moins électronique et plus acoustique. Structurellement parlant c’est brillant et un brin moins austère que le reste de l’album. Le son est toujours aussi travaillé et se développe tout le long du titre en s’émancipant de la voix de Mat. C’est un très bon titre.

Avis:
Je ne connaissais que très peu de morceaux de cet artiste et je dois bien avouer que je le regrette maintenant tant cet album est excellent. Quelques sessions de rattrapage vont s’imposer d’elles-mêmes avec ses travaux précédents à la vue de l’extrême qualité de cet album.

On est touché droit au coeur devant tant de grâce et d’intelligence dans la mise en son du vide et de la solitude. La voix de Mat est parfaitement mise en avant et se permet souvent d’occulter les autres instruments.

Il n’y a pas grand chose à reprocher à cet album si ce n’est sa trop courte durée mais ca nous permet de l’écoute en mode Repeat again and again sans se lasser. Ca vide parfaitement la tête et ca fait réfléchir, chose rare avec la musique de nos jours.

Musicalement, c’est très austère mais ô combien réussi avec quelques titres variés et plus traditionnels dans leur approche musicale. je ne saurais trop vous conseiller d’ailleurs d’écouter les 2 titres présents dans la section Extraits afin de vous donner un aperçu du talent de l’artiste touche à tout.

Etant donné qu’il est pluridisciplinaire, il y a fort à parier que cet artiste vidéo-musical saura se faire un nom au delà des sphères d’initiés et autres bobos pédants visant les artistes méconnus et underground. Il mérite plus que ca, c’est une évidence.

Album de l’année? Pas très loin me concernant même si je garde un gros faible pour celui de BT. Ca reste un album incontournable et à découvrir absolument.

Achat:
Vous pouvez donc vous procurer cet album sur iTunes au prix de 7.92 € ou sur Amazon au prix de 7,12 €.

Extraits: