The Knight Witch

The Knight Witch – notre test

The Knights Who Say "Witch"

Dernière mise à jour:
The Knight Witch
Date de sortie
29/11/2022
Studio
Super Mega Team
Plateforme
Steam
Notre score
8

The Knight Witch est un jeu d’action-metroidvania développé par les excellents Super Mega Team et publié par Team17. Véritable mix de shoot ’em up, de sorcellerie et d’exploration, il se démarque par sa direction artistique très cartoon et une difficulté plutôt élevée qui incitera le joueur à ne pas foncer dans le tas..

On incarne donc une apprentie Knight Witch qui va devoir gérer une invasion d’un peuple vaincu il y a quelques années. Esseulée et toujours en apprentissage, elle va devoir sauver les habitants de domaine sous terrain et affronter des hordes de robots contrôlés par par une mystérieuse femme bien déterminée à se venger de sa précédente défaite.

Alors que les précédentes Knight Witch restent introuvable, elle va devoir gérer une situation qui la dépasse mais qui l’amènera à devenir un symbole de la résistance et de devoir se révéler à tout un peuple inquiet et qui ne jure que par ses anciennes idoles.

The Knight Witch nous plonge immédiatement dans l’action avec un gameplay shoot ’em up horizontal dans lequel on va pouvoir se déplacer librement dans des niveaux prédéfinis et qui nous permettront d’acquérir de nouveaux pouvoirs et autres capacités directement inspirées des anciennes Knight Witch.

On retrouve également tout ce qui fait le charme des meilleurs metroidvania à savoir une exploration complexe et pas mal d’aller retour dans les précédentes zones une fois que l’on a débloqué de nouvelles capacités. Rajoutez à cela une gestion des sorts basée sur des cartes que l’on devra trouvé et ajouter à sa main et vous obtenez un mélange fort prometteur sur le papier.

Mais qu’en est-il réellement? Est-ce que The Knight Witch fait aussi bien que Foretales dans sa gestion des cartes ou se contente t’il d’être un simple jeu de tir avec une direction artistique au top comme ce fut le cas de Rise & Shine?

The Knight Witch

Witch em up

Dans The Knight Witch, il sera énormément question de combats, de tirs multidirectionnels et d’esquive de missiles adverses. Notre personnage peut tirer dans toutes les directions autour d’elle grâce à une arme de base efficace et qu’il sera bien entendu possible d’améliorer les performances. Nos adversaires tirent en général à vu et il faudra éviter du mieux qu’on le pourra leurs multiples tirs.

Contrairement aux autres jeux de tir, la hitbox de notre personnage n’est pas limitée à son centre. Il faudra donc bien faire attention à ne pas se faire toucher tout en manœuvrant dans des niveaux parfois étriqués et où les protections ne seront pas légion.

Au tout début de l’aventure, on ne pourra pas se téléporter ou bloquer les tirs via des boucliers ce qui implique une entrée en matière bien délicate et un apprentissage qui se fera très clairement dans la douleur et parfois la frustration.

Notre personnage n’étant pas vraiment ce qui se fait de mieux en matière de rapidité de déplacement, il faudra souvent avancer à tâtons pour tirer quelques balles, se cacher et ainsi de suite jusqu’à ce que notre adversaire soit détruit. Si cela ne pose aucun problème de prime abord, cela devient plus problématique lorsque le jeu nous balance plusieurs adversaires en même temps et avec des patterns de balles différents.

On se fera ainsi très souvent touché sans réel espoir de trouver de quoi se soigner facilement. Il existe parfois des caisses avec des cœurs nous permettant de regagner un peu de vie mais il y a peu et les menaces multiples et diverses sont légions. Habituez vous à l’écran de Game Over car celui-ci vous rendra visite très souvent même après quelques heures de jeu.

Fort heureusement pour nous, on dispose en plus de nos tirs des capacités qui peuvent s’utiliser après avoir absorbé des essences que l’on récupère sur les ennemis morts ou blessés avec l’arme de base. Il en existe énormément et leur obtention sera progressive tout comme leur coût en essence. Plus elles seront puissantes et plus elles couteront cher, logique!

Les adversaires sont variés et ils disposent tous d’un pattern particulier qu’il conviendra d’apprendre pour espérer survivre. Il arrivera même que certains éléments du décor deviennent des menaces avec des ciblages qu’il faudra éviter à la dernière seconde. C’est parfois chaotique et ô combien frustrant mais c’est toujours bien pensé et dans le thème.

The Knight Witch

Witch of Cards

Dans The Knight Witch, on dispose de très nombreux pouvoirs variés et qui peuvent changer la donne dans certains combats en arène fermée ou contre certains boss. Certains sont passifs avec des gains d’essence, d’autres plus offensifs avec des nouveaux tirs et autres attaques puissantes comme des éclairs attaquants tous ceux qui se situent au dessus ou en dessous de notre personnage.

Il arrivera fréquemment de rater lamentablement nos sorts dans la panique des combats mais fort heureusement, il est assez aisé de regagner des essences pour peu que l’on arrive à toucher nos adversaires. Qui dit cartes, implique forcément la gestion d’un deck de cartes! On disposera d’un certain nombre de carte que l’on peu avoir en main et il faudra doser les différents pouvoirs en fonction de l’adversité et des situations.

Il ne sera possible de modifier notre deck que dans des zones spécifiques ou l’on pourra également se reposer et regagner tous nos cœurs. Comme tout bon souls-like, les adversaires de base réapparaitront une fois le plein de vie effectué ce qui nous obligera à tout nettoyer à nouveau en espérant ne pas se faire toucher le temps d’avancer.

Ces checkpoints sont assez peu fréquents dans les différentes zones ce qui renforcera la difficulté de façon artificielle et qui, au final, nous gonflera plus qu’autre chose. Certes, on aura ainsi la possibilité de farmer la monnaie du jeu facilement mais elle est abondante et sera surtout utilisée pour améliorer notre réputation dans le jeu.

The Knight Witch gère aussi la réputation de notre personnage via un système dénommé Link et qui nous servira de monter de niveau. Plus on sera populaire et plus on pourra gagner du link et ainsi gagner une amélioration soit de notre arme de base soit de nos capacités. Il faudra faire un choix car on ne pourra monter qu’un seul attribut lors de la montée de niveau.

On gagnera ainsi de la réputation soit en sauvant des habitants enfermés dans les niveaux soit en répondant à des interview où l’on nous demandera de mentir à la population afin de ne pas l’inquiéter. On aura le choix de nos réponses, soit on pourra mentir et gagner plus de link, soit on pourra dire la vérité ce qui nous permet de rester intègre mais nous rendra de fait moins populaire.

Plus tard dans l’aventure, on pourra faire monter de façon artificielle notre popularité en utilisant la monnaie du jeu afin de transformer ce vilain pouce bas en magnifique pouce haut! Le cout est certes élevé mais à force de crever en boucle et de refaire maintes fois les niveaux, on accumulera pas mal de ressources.

The Knight Witch

The Truth is Out There

Sans trop en dévoiler, l’histoire est moins basique qu’escompté dans The Knight Witch. N’espérez pas une narration à la Citizen Sleeper mais on appréciera malgré tout l’effort de proposer quelque chose d’intéressant et drôle à la fois. Nos choix auront des implications plus tard dans le jeu que ce soit dans l’histoire ou dans les dialogues avec les autres personnages non joueurs du hub central.

The Knight Witch est un jeu difficile comme je l’ai expliqué un peu plus haut. Non seulement nos tirs font peu de dégâts même aux adversaires normaux mais les compétences non optimisées en font très peu également. Rajoutez à cela des sacs à PV nous obligeant à les éliminer en premier car ils tirent énormément de missiles et on obtient souvent des situations complexes dans lesquelles même des combats simples peuvent se transformer en perte de cœurs problématiques pour la suite vu le peu de checkpoints présents dans le jeu.

Autre grief, la lisibilité de l’action est très loin d’être optimale avec des couleurs certes chatoyantes des décors mais problématiques lors des affrontements intenses. Il arrive souvent que l’on ne voit pas certains projectiles car on les confond soit avec la monnaie du jeu soit avec des explosions. Résultat, on se fait parfois toucher très souvent gratuitement et ce n’est pas le léger d’invulnérabilité octroyé après qui va nous sauver.

C’est d’autant plus dommageable que notre hitbox est large et que l’espace d’évitement est parfois trop restreint. Une fois que l’on aura obtenu le dash, ca ira mieux dans un premier temps mais on retombera dans les travers de difficulté gratuite un peu plus tard avec encore plus de projectiles à éviter. On finira toujours par dasher sur un tir que l’on avait pas vu (genre les flèches par exemple) ou sur un laser mal placé.

Autre petit souci, on aura droit à chaque fois la présentation des zones d’arène ou encore des boss ce qui fera perdre pas mal de temps et augmentera d’autant notre frustration lors de ces affrontements. Il est d’ailleurs à noter que les arènes sont parfois bien plus difficiles que les combats contre les boss!

Fort heureusement, The Knight Witch dispose d’un système de triche bien fichu et qui nous permettra de mieux gérer les affrontements en combinant des runes dans le menu dédié à cet effet. C’est bien pensé et on s’amusera à tester les différentes possibilités et de voir ce que cela apporte au jeu.

The Knight Witch

Techniquement, The Knight Witch est vraiment superbe avec une direction artistique au top et un style BD du plus bel effet. Le monde est magnifique avec une très belle variété dans les décors et dans les niveaux traversés. Bien sûr on aura droit à des biomes différents en fonction de la Knight Witch que l’on rencontrera mais ils ne sont pas redondant et restent originaux.

Le jeu est intégralement en français et le résultat est très bon sans aucune faute détectée de mon côté ainsi qu’une qualité d’écriture de bon niveau. Il n’y a pas de doublage mais ce n’est pas réellement un gros problème vu ce que propose la trame narrative du jeu.

Comptez environ une dizaine d’heure pour en faire le tour ce qui est fort raisonnable vu la nature du jeu et sa gestion relativement gentille des allers-retours propres à l’aspect Metroidvania du titre. On avancera toujours, certes difficilement par moments, mais notre progression restera linéaire.

Mention spéciale également à l’excellente bande son qui apporte un réel plus à l’aventure et que l’on pourra se procurer soit directement sur Steam en DLC soit sur Bandcamp à cette adresse.

Le jeu gère les sauvegardes sur le Steam Cloud et je n’ai eu aucun problème à l’utiliser que ce soit en version standard de Steam ou dans sa version beta. Il y a par ailleurs 27 succès Steam à débloquer et certains ne seront pas simples à débusquer.

Il est fortement conseillé d’y jouer avec une manette et son intégration est parfaite pour ce que j’ai pu en voir. Je n’ai pas testé le combo clavier-souris et je ne saurais trop vous dire s’il est fonctionnel et exploitable.

The Knight Witch est un excellent divertissement malgré ces quelques errances en matière de difficulté et de confusion au niveau de l’action. Pour le reste, on a droit à de l’action non-stop, de l’exploration intelligente en évitant les lacunes classiques du genre mais surtout du fun, beaucoup de fun et le tout pour un prix fort raisonnable.

Ce serait dommage de se priver d’une expérience originale et mine de rien plus maligne qu’escompté. Si vous avez le moindre doute, je vous invite à essayer la démo disponible sur Steam.

Achat sur Steam:

Bande Son:

The Knight Witch
The Knight Witch – notre test
Conclusion
The Knight Witch est un très bon jeu qui mélange pas mal de genres différents tout en apportant une certaine fraicheur au shoot ’em up. Il n'est pas sans défauts mais l'aventure mérite d'être vécue.
Les +
C'est superbe
Excellente bande son
Le côté Metroidvania est bien réussi
Excellent gameplay
Le système de Cheat bien pensé
Les -
Des pics de difficulté spéciaux
On a parfois du mal à distinguer les projectiles avec tout ce qu'il se passe à l'écran
Les sorts pas tous égaux dans leur utilité
8
Très bon