The Fidelio Incident

Test: The Fidelio Incident

The Fidelio Incident
Studio
Act 3 Games, LLC
Plateforme
PC
Notre score
6

Développé par Act 3 Games, LLC où travaille le directeur artistique de God of War III, The Fidelio Incident est un jeu d’aventure à mi-chemin entre Firewatch et Kholat. On y incarne Stanley, un homme en fuite avec sa compagne Leonore qui va s’écraser en avion en Islande. Séparés l’un de l’autre, il va devoir essayer de la retrouver avant qu’elle ne meure d’hypothermie. Dans ses recherches, il va également devoir trouver et récupérer leurs traces prenant la formes de notes et du journal intime de Leonore. Vous l’avez bien compris, on est en plein Walking simulator inspiré de Dear Esther et autres mais aussi de l’opéra de Beethoven Fidelio.

The Fidelio Incident est basé sur le moteur Unreal Engine 4 ce qui le rend déjà plutôt agréable à regarder et à jouer. Le jeu se joue à la première personne et il va falloir aller chercher des notes et résoudre des puzzles plus ou moins complexes pour avancer et découvrir ce qui est réellement arrivé à nos protagonistes et pourquoi ils sont en fuite. C’est en allant explorer en dehors des sentiers battus que l’on découvrira la réelle complexité de l’histoire et sur son côté très émotionnel. On est pas vraiment face à un simulateur de survie à l’instar du fabuleux The Long Dark, on peut mourir de froid mais c’est assez limité, il faut juste suivre les feux environnants et les conduits de vapeur afin de se réchauffer immédiatement. Le jeu est intégralement en anglais avec de très bons acteurs qui rendent le couple et l’histoire fort prenante malgré une certaine disparité entre les faits impliquant nos protagonistes en Irlande et ce qui leur arrive en Islande.

The not so Long Dark.

The Fidelio Incident est un jeu plutôt sympathique avec de réelles bonnes idées et une réalisation de haute volée. On est assez impressionné devant le spectacle proposé par le jeu et par le jeu des acteurs. Ce n’est qu’au bout de quelques minutes que l’on va réellement comprendre ce qui manque au jeu, une réelle cohérence dans sa thématique par rapport à son gameplay. En effet, on enchaine des phases de recherche de notes et des phases de puzzles simplistes et impliquant des valves et autres interrupteurs à actionner. C’est extrêmement limité et l’intérêt de ces phases se heurte rapidement à une certaine lassitude au bout d’une heure. On active une valve, on se déplace pour aller trouver une autre valve et on l’actionne pour passer à la suite. Parfois, il faudra trouver un objet nous permettant d’avancer mais tout est fortement linéaire et trop simple à trouver.

The Fidelio Incident

Sans réellement forcer, on arrivera à la fin du jeu au bout de 2-3 heures avec la quasi intégralité des achievements. Il ne m’en manquait qu’un seule à la fin de ma première partie. N’espérez donc pas un jeu qui vous tiendra en haleine 5-6 heures durant. Après c’est n’est pas forcément un défaut lorsque le jeu parvient à nous prendre dans son ambiance et dans la ritournelle des émotions qu’il procure. The Fidelio Incident est certes basé sur une interprétation très libre d’un opéra mais sa réelle histoire ne m’a pas fondamentalement bouleversé avec ses relents d’IRA et ses actions terroristes. Certaines scènes sont d’ailleurs trop dirigistes pour procurer l’émotion qu’elles veulent nous instiller, du coup on se contente d’avancer tel un robot en laissant appuyer sur la touche de Sprint en attendant que cela se termine pour pouvoir avancer.

It’s not me, mate, you’ve got the wrong guy.

Le jeu est vraiment magnifique, on est parfois impressionné devant l’immensité des décors mais aussi devant leur diversité. Plus tard dans le jeu, on pourra découvrir certains éléments un peu hors de propos si l’on considère la cadre de départ et surtout certaines métaphores plutôt douteuses notamment lors de la tentative de sauvetage de Leonore. On passe toutefois un agréable moment avec une musique disponible gratuitement sous forme de DLC et quelques bons moments dans la glace et au niveau du lac gelé. Il y a énormément de bonnes intentions dans The Fidelio Incident mais le mélange final de ces différents types de gameplay sonne un peu creux. Pas assez action pour satisfaire les amateurs d’exploration et pas assez impliquant pour les amoureux des walking simulators émotionnels.

Test: The Fidelio Incident 2

Le jeu n’est pas bien cher et il est sorti dans un certain anonymat sans strasses et paillettes ce qui n’est pas si fréquent sur Steam. Sans être un mauvais jeu, The Fidelio Incident est une expérience singulière qui tente l’approche prise par Firewatch mais sans convaincre avec la même force. J’ai passé un agréable moment mis à part la toute fin que j’ai trouvé assez prévisible et pas forcément bien amenée. Je ne regrette pas du tout d’avoir acheté le jeu à sa sortie mais je vous conseille toutefois d’attendre un peu pour peu que vous aimiez le genre et qu’un voyage en Islande vous intéresse à tout petit prix. Notre voyagiste n’est certes pas Voyageurs du monde mais le dépaysement est total malgré quelques grossières fautes de gout qui ternisse le tableau au final. Dommage.

Test: The Fidelio Incident 4

Achat sur Steam:

The Fidelio Incident
Test: The Fidelio Incident
Conclusion
Sans être un mauvais jeu, The Fidelio Incident est une expérience singulière qui tente l'approche prise par Firewatch mais sans convaincre avec la même force.
Les +
La thématique
Très beau
Les -
Plutôt banal
Pas toujours très intéressant
6
Bon