Book of Demons

Test: Book of Demons

Book of Demons
Date de sortie
13/12/2018
Studio
Thing Trunk
Plateforme
PC
Notre score
8

L’enfer pavé de bonnes intentions


Développé par le studio polonais Thing Trunk, Book of Demons est un Hack and Slash doté d’une partie de Deck Building dans lequel on va devoir éliminer le seigneur Démon tout au bout de très nombreux donjons. Doté d’une esthétique unique en son genre, on y incarne un guerrier, un mage façon Mister T et une archère en papier. Chaque personnage devra descendre dans 3 niveaux différents où l’on pourra choisir la durée de notre expédition. Si l’on a pas trop de temps, on pourra choisir une aventure de 15-20 minutes avec un petit nombre d’étages à explorer. Forcément, on y découvrira moins d’ennemis différents et les récompenses seront moindres. Contrairement à Diablo dont il s’inspire, Book of Demons se veut être un jeu simple et moins dépendant des clics par minutes que les autres Hack and Slash. On se déplace en ligne droite sur des chemins tout tracés et on pourra choisir où l’on souhaite aller au niveau des intersections. Pour attaquer, rien de plus simple, il suffit de laisser la souris appuyer sur la cible où qu’elle se trouve sur l’écran, on fonction de la portée de notre personnage, il avancera ou pas.

Book of Demons apporte tout de même sa pierre à l’édifice en y ajoutant des éléments de Gameplay dynamiques. Certains ennemis nécessiteront d’être attaqués avec des éléments particuliers au risque de les soigner plutôt que de les blesser par exemple; il ne faudra pas utiliser des compétences de poison sur un ennemi de type poison. D’autres disposeront de bouclier qu’il faudra casser en tapant dessus avec un marteau avec la souris, une fois le bouclier brisé, on pourra dès lors l’éliminer. Plus fourbe, certains ennemis nous obligeront à agir vite et à laisser le bouton gauche de la souris sur une compétence ennemi pour l’annuler et l’étourdir. Ces compétences se manifestent par des bulles situées au dessus de la tête des ennemis et qui se rempliront au fil du temps. Plus tard dans le jeu, il faudra micro-gérer tous ces cas de figure afin de survivre aux multiples menaces qui nous feront face et qui ne souhaitent qu’une seule chose, nous faire mordre la poussière.

Book of Demons

Fort heureusement, nos héros ne s’en laisseront pas compter avec pas mal de cordes à leur arc. Par le biais d’un système de Deck de cartes plus ou moins rares, on pourra se constituer une pioche de compétences qui nécessiteront soit des charges soit de la mana. Les charges de compétences s’achètent au village de départ et elles se récupèrent également sur le cadavre des monstres ou dans les multiples pots et autres coffres disséminés dans les niveaux. Une fois les charges vides, on se retrouvera à devoir rentrer aux bercailles soit par portail de téléportation soit en remontant d’un étage préalablement nettoyé afin d’accéder au village. Certaines cartes consommeront de la mana qui est représenté par une fiole bleu qui se remplie au fil du temps passé là aussi. Il existe aussi des cartes qui diminuent la quantité de mana disponible dans notre fiole, il s’agit plus ou moins des passifs et autres améliorations couteuses. Forcément, il faudra faire moult essais avant de trouver sur un Deck convenable et on pourra le changer à la volée quand on le souhaite. Il existe plusieurs variantes des cartes à savoir normal, magique ou légendaire. Ces cartes se trouvent en explorant des niveaux, en ouvrant des coffres ou en tuant des boss et autres miniboss. On trouvera également des cartes d’éléments spéciaux nous permettant d’améliorer des cartes existantes afin que leurs effets soient plus puissants!

Paperverse, ton univers impitoyable

Book of Demons

Book of demons se déroule dans le monde de Paperverse, un monde qui existe dans un livre pop-up racontant notre histoire. Cet univers est parodique et on s’amuse beaucoup en écoutant les multiples références à d’autres univers ou à d’autres jeux placés ici et là. L’ambiance est chatoyante avec tout ce que l’on aime dans ces univers héroïque fantasy à savoir des bardes, des villages maudits et autres créatures maléfiques. Si le jeu ne se prend pas trop au sérieux, il n’est toutefois pas dénué de tout challenge. Comptez environ 10 heures pour terminer la campagne solo avec une seule classe. Si le jeu parait très simple, voire trop simple lors des 2 premiers niveaux, on comprend très vite que l’enfer porte remarquablement bien son nom! La difficulté monte d’un cran et c’est juste avant le boss final que je suis mort la première fois, le début d’une belle série par ailleurs car l’affrontement final est complexe et fort demandeur en gestion des risques et menaces. Il faudra sans cesse éviter les monstres qui se ruent sur nous et nous désactivent nos cartes ou pire, nous étourdissent. Dans ces cas précis, on devra cliquer sur les étoiles pour se réveiller et ainsi éviter une mort lente et douloureuse. Les 3 gros boss du jeu sont tous sympathiques à affronter et on se creuse sérieusement la tête lorsque l’on les affronte dans un niveau de difficulté plus élevé par le biais de clés que l’on trouve dans les donjons.

Book of Demons

La mort n’est réellement un gros problème dans le jeu, on perdra notre deck et il faudra retourner à l’emplacement de notre mort pour tout récupérer. C’est parfois plus facile à dire qu’à faire car si l’on doit retrouver son corps au beau milieu d’une océan de monstres, il faudra serrer les fesses et tuer les monstres au compte goutte. Ce ne sera d’ailleurs pas toujours possible car certains ennemis font apparaitre des sbires sans cesse. C’est d’ailleurs un léger point de frustration dans le jeu car on parfois toutes les peines du monde à les atteindre et à les tuer et on se retrouve très vite débordé. Pour les puristes, sachez qu’il existe un mode Hardcore qui nécessitera de terminer l’aventure dans mourir. Bon courage! Heureusement,  il existe des fontaines à vie et à mana qui se remplissent au bout d’un moment nous permettant d’économiser nos précieuses pièces d’or. L’or est d’ailleurs une denrée rare et recherchée dans Book of Demons. Chaque identification d’une nouvelle carte coute des sous, chaque recharge de compétences coute des sous, chaque amélioration de compétences coute là aussi des sous. Il faudra également payer pour gagner un emplacement de carte et c’est très très cher!

Un des très gros points forts du titre vient du Flexiscope. En effet, on a la possibilité de créer sa session de jeu à la carte et ainsi ne pas passer trop de temps à atteindre un point de sauvegarde et perdre toute une partie de notre progression. Le jeu observe la façon dont on joue et il calculera de plus en plus précisément le temps qu’il nous faudra pour terminer 2-3 niveaux. Si on prend l’habitude de tout nettoyer lors de nos expéditions, le temps suggéré sera de fait plus long que prévu. Sachez qu’il y a un avantage à terminer complètement un niveau, en effet, on pourra ainsi y revenir pour pouvoir retourner au village et ainsi se renforcer. Le jeu est d’ailleurs très malin à ce sujet, il nous indique en temps réel ce qu’il nous reste à trouver dans le niveau et où cela se trouve. On devra parfois rebrousser chemin afin de débloquer un feu follet planqué derrière une colonne. Une fois le niveau terminé, nul besoin de retourner aux escaliers, on disposera d’un raccourci sur la carte nous permettant de descendre automatiquement!

Book of Demons

The Floor is Lava

Techniquement Books of Demons est plutôt une réussite avec une belle réalisation graphique, des musiques et autres effets sonores bien sentis et une maniabilité certes déconcertante de prime abord mais qui passe crème au bout de 5-10 minutes. Le jeu est fluide sur un bon paquet de configurations et il ne pèse pas trop lourd en terme d’espace disque. Le jeu est en français au niveau des textes et en anglais au niveau des voix. La profusion d’effets visuels peut parfois nuire à la lisibilité de l’action mais avec un peu d’habitude et de réflexes, on pourra s’enfuir et revenir quand la situation est plus calme et sous contrôle. Comme si le jeu en solo n’était pas assez fourbe, il est désormais possible d’ajouter un DLC gratuit dénommé Donjons et Streamers. Les abonnés à votre chaine Twitch ou Mixer pourront interagir avec votre partie et la rendre plus complexe ou plus drôle! Il est toutefois possible de restreindre cette fonctionnalité aux abonnés payants et de limiter l’influence des actions des followers. L’idée est excellente et il y a fort à parier que l’on s’amusera beaucoup avec ce mode de jeu que ce soit chez les streamers ou chez les abonnés. Le jeu coûte environ 22€ et il s’est déjà retrouvé en soldes à de multiples reprises, si le prix vous semble exagéré (à tord à mon avis), il vous suffira d’attendre un peu.

Book of Demons est également un jeu fort porté sur le déblocage des achievements Steam! Vous trouverez plus de 200 achievements et les premières heures de jeu rendront fous vos amis sur Steam. En effet, on débloque de très nombreux achievements très rapidement et cela peut vite saouler votre liste d’amis. Forcément, le résultat est sympathique pour le joueur car on se rend compte qu’il y a fort à faire pour tout débloquer et qu’il faudra compter environ 40-50 heures pour tout débloquer, voir plus compte tenu de la difficulté de certains succès Hardcore. Le jeu dispose de cartes Steam, du Steam Cloud (fort pratique) et d’un support Manette Complet. Pour peu que vous ayez l’esprit de compétition, il existe un classement mondial mis à jour en permanence. Le jeu est SOLO uniquement et même si on le regrette un peu vu le potentiel du jeu, on comprend vite que ce serait très compliqué d’avoir plus d’ennemis et de gérer les 2 joueurs sur les cartes. Dommage mais pas plus gênant que ca au final.

Book of Demons

Au final, Book of Demons est un bon jeu sur lequel on peut passer de très bons moments et qu’il est possible de consommer comme bon nous semble. La difficulté peut paraitre fort corsée sur la fin si on la compare au début de l’aventure et on peut rapidement être frustré par le nombre d’ennemis à gérer individuellement. Il m’est souvent arrivé de me demander comment j’allais me sortir d’une situation et de devoir remonter d’un étage pour me soigner et de redescendre pour tuer les monstres un à un. Ce n’est pas très marrant et encore moins excitant mais le challenge est là et bien là. Le jeu est une franche réussite que je vous conseille d’essayer car OUI il y a une version de démonstration et vous comprendrez vite ce qui vous attends tout en bas de l’enfer, le roi démon et ses canards maléfiques! Bonne chasse, aventurier et bon courage car le jeu réserve de très nombreuses surprises une fois la première aventure terminée.

Achat:

Vidéo:

Conclusion
Book of Demons est un excellent dungeon Crawler solo à la fois drôle mais aussi très fun à jouer. A découvrir!
Les +
C'est assez agréable à regarder
C'est très fun à jouer
Excellente durée de vie
Les -
Uniquement solo
Trop d'achievements
8
Excellent
Plus d'articles
Test : Ninety Nine Nights 2
nunc ante. Aliquam risus at justo