Lights & Motion - Reanimation

Critique : Lights & Motion – Reanimation

Lights & Motion est le projet d’un seul homme, Christoffer Franzén, suédois de son état originaire de Gothenburg. En parfait autodidacte, il nous propose un premier LP dénomme Reanimation au style très proche du Post Rock. C’est on ne peut plus normal lorsque l’on voit les influences du jeune homme, Explosions In The Sky, Jónsi, Sigur Rós, Coldplay, U2, M83, Brian Eno entre autres. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce premier album s’est vu accompagné d’une très bonne campagne de presse et de critiques de blogs enthousiastes et relativement convaincus du talent du jeune homme.

Reanimation-2

Dire qu’il est difficile d’innover en matière de Post Rock n’est pas mentir! Il suffit de voir les dernières productions sorties pour se rendre compte que le genre commence un peu à tourner en rond et que seuls les meilleurs groupes parviennent à sortir des sentiers battus avec quelques perles. Si les influences des nouveaux groupes ou projets se ressemblent toutes, c’est aussi en partie dû à l’hégémonie de groupes comme Sigur Rós ou Explosions In The Sky.

C’est pourtant un tout nouveau projet solo d’un jeune suédois de 24 ans, Christoffer Franzén, qui fait l’actualité du genre en ce début d’année 2013 avec la sortie de Reanimation le 16 janvier 2013. Exit donc les sempiternelles variations sur le même thème et accueillons comme il se doit un album frais et à forte tendance à faire dans l’épique et le grandiloquent sans jamais trop se la jouer non plus. Cet album se rapproche un peu de ce que peut faire les allemands de Collapse Under the Empire, c’est à dire un trip émotionnel au forts relents cinématographiques.

Ce LP est vraiment particulier dans le sens où il nous invite dans un voyage épique et onirique du plus bel effet, les influences revendiquées du jeune homme se retrouve parfaitement au travers de ces 13 titres tous plus enlevés les uns que les autres. On reprochera seulement à l’album d’être un peu redondant dans les mécaniques employées et dans certaines mélodies mais c’est bien la seule chose négative que l’on puisse dire sur ce LP. On retrouve donc bien du Coldplay, du Sigur Rós  et tant d’autres inspirations parfaitement distillées au grès des mélodies et des sublimes riffs et autres cordes toujours placées avec parcimonie.

L’album commence très calmement avec le sublime Requiem, l’ambiance est déjà bien posée, les synthétiseurs sont de la partie avec une grosse mise en avant de l’orchestration. On retrouve dans l’ambiance d’une bande son de film, c’est évident et surtout manifeste.  Home poursuit la tendance avec la même réussite, on est assez loin du Post Rock traditionnel, on est dans un trip plus émotionnel, plus progressif dans l’intensité et dans l’utilisation des guitares, le LP est un tout indivisible faisant bloc autour du thème principal de l’album, place aux mélodies et l’harmonie.

Loin d’être aussi linéaire qu’escompté, l’album joue avec nos émotions en se dirigeant vers l’intimiste ou carrément vers le majestueux au grès des titres.  Aerials et bel et bien aérien, c’est sans doutes le titre le plus proche du Post Rock classique mais en restant toujours imprégné par une certaine emphase contagieuse et qui nous transporte loin, très loin. Drift est plus percutant, plus incisif mais aussi plus poignant grâce à sa prodigieuse montée en intensité pour mieux se calmer et ensuite repartir de plus belle! Magnifique.

The March reprend un peu plus la trame précédent et l’inspiration Coldplay avec une mélodie très pop rock et des cordes omniprésentes. Le rythme se calme un peu le duo Victory Rose et Epilogue. le Post Rock reprend très vite ses droits avec un  autre titre sublime, Fractured. A la croisée des chemins entre le Post Rock et le Neo-classique, ce titre est absolument imparable. Texas est un titre un brin plus long qui sonne un peu BT dans son ambiance initiale pour mieux retomber sur ses pattes et nous offrir une autre perle de progression douce et mélodique, tout est fluide, beau, parfait.

Faded Fluorescence me fait un peu penser à du New Century Classics mais en plus ordonné et surtout plus produit. Le titre oscille et se transforme au fil des minutes, il change de couleur et se dévoile sous un autre jour, c’est là toute la force de cet artiste, les chansons sont toujours imprévisibles et parviennent toujours à se renouveler sans jamais lasser. Departure nous prépare au départ vers d’autres cieux, d’autres horizons plus intenses encore et plus épiques, chose difficile à imaginer après maintenant 10 titres sur cet album.

Reanimation, le titre éponyme est très électronique dans son approche mais aussi dans son cheminement, les variations s’empilent et s’entre croisent en toute harmonie, l’ajout d’une voix, certes distante, apporte une autre couche de vernis au titre. c’est une parfaite transition vers Dream Away, un titre plus posée et chanté de A à Z. Une nouvelle fois, Christoffer fait mouche avec une très belle chanson folk. Il nous propose donc de rêvasser et de nous détendre, c’est déjà le cas depuis maintenant une heure!

Vous l’aurez compris, cet album est vraiment un album majeur du genre et il constitue ce qui se fait de mieux depuis le début de l’année tout genre confondus. Imparable, délicat, il nous enivre par ses mélodies et par ce doux sentiment de quiétude qu’il nous apporte lors de son écoute. Je ne sais pas si cet album sera reconnu comme il le mérite, mais il fait bien plus pour le genre que bien d’autres groupes connus et reconnus ces dernières années. N’hésitez pas à l’écouter intégralement sur le Soundcloud de l’artiste, vous ne serez pas déçu du voyage. Dépaysement garanti!

Ecoute intégrale:

Achat: Vous pouvez acheter cet album sur le site officiel du groupe au prix de 8$.