Critique : Crippled Black Phoenix - White Light Generator 2

Critique : Crippled Black Phoenix – White Light Generator

Critique
Ce qui est bien avec la sortie d’un nouvel album des Crippled Black Phoenix, c’est que l’on est certain d’avoir un album complexe et remarquablement bien produit. Ce super groupe nous fait donc l’honneur de sortir un nouvel album rapidement après un exemplaire No Sadness or Farewell sorti en 2012. Forcément, le public visé est déjà bien ciblé et seuls les amateurs de rock progressif seront aux aguets pour cette sortie mais qu’importe pourvu que l’on ait l’ivresse!

Forcément, les titres des chansons seront à part et en plusieurs parties pour certaines, ils seront également longs et assez confus pour le non initié et c’est bien comme ca. Les CBP parviennent toujours à étonner grâce à leur capacité à sortir des mélodies improbables au milieu d’un brouhaha sonore ou d’un bordel ambiant certes techniquement irréprochable mais complexe à appréhender même après de nombreuses écoutes. 13 titres c’est bien mais 15 titres c’est encore mieux pour ceux qui s’achèteront l’édition Deluxe.

Sans jamais renier ses racines, le groupe flirte avec les styles musicaux sans jamais renier son premier amour, le prog et il apporte sa touche unique faite de mélodies posées au milieu du chaos. Les moments de bravoure se succèdent: NO!, Black Light Generator, Northern Comfort et tant d’autres. Même les transitions d’une ou deux minutes passent toutes seules ce qui est plutôt rare de nos jours. Le tempo sait aussi faire une pause avec de belles balades lascives et presque romantiques lorsque les 2 voix s’emmêlent.

Avec cet album, le groupe ne change rien à une équipe qui gagne (surtout à être connu pour être honnête) et pour peu que l’on aime le rock progressif, il sera difficile de passer à côté de ce monolithe musical de mars 2014. De toutes façons, le groupe a tellement d’inspiration qu’il va nous proposer un side project connu sous le nom de Se Delan.

Se Delan est un groupe qui vient de rejoindre l’écurie de talents de Steven Wilson chez Kscope. Forcément, ca ne va pas trop vous parler présenté comme ça mais il faut savoir que ce nouveau groupe est composé de 2 artistes déjà connus dans le milieu.

On retrouve donc Justin Greaves, le leader des Crippled Black Phoenix et Belinda Kordic une chanteuse suédoise connu pour sa participation au groupe Killing Mood. Greaves est coutumier du fait avec énormément de participations et de projets musicaux originaux.

Cet album est excellent et mérite donc d’être découvert pour les amateurs des productions de Kscope et autres groupes de rock progressif qui ne cherchent pas trop à être techniques pour en mettre plein la vue mais qui ont une vision et un sens de la production difficile à égaler de nos jours.