Critique: An End – L’Enfant et la Mer

An End – L’Enfant et la Mer, du Post Rock français de qualité monsieur!

Il arrive parfois que l’on ait de très bonnes surprises dans notre boite à courriel. Jérémy, bassiste du groupe An End m’a donc envoyé un petit courriel me présentant son projet de groupe Post Rock avec de très bonnes influences, autant vous dire que je me suis empressé d’aller écouter ca. Après plusieurs écoutes infructueuses, j’ai laissé de côté L’Enfant et la Mer de côté pendant quelques semaines avant que mon fils ne tombe sur un onglet Bandcamp et s’amuse à écouter l’album en m’indiquant que la musique lui plaisait. Ni une ni deux, me revoilà à écouter l’album dans de meilleurs conditions (écoute attentive) et à cliquer sur le bouton Achat!

Faisons donc directement les présentations officielles avant de parler plus en détail de l’album en lui-même:
An End est un projet musical original de post rock/rock atmosphérique, teinté d’electro et de triphop qui laisse la place au voyage lors des concerts dans un esprit qui n’est pas sans rappeler Pink Floyd, Porcupine Tree ou Mogwai.

AN END - L'Enfant et la Mer - patchwork

Principalement instrumental, on retrouve également des morceaux chantés par Marie. An End regroupe des musiciens d’expérience qui ont déjà officiés dans plusieurs projets confirmés.

Le projet a vu le jour entre Orléans et Blois. Après les premières dates, (Chato’do de Blois, Amboise, Château de Chambord par 2 fois, château de
Chaumont s/ Loire, festival rock in rebrech, Clinique de Saumery…) le projet est prêt à poursuivre sa route vers de nouvelles scènes.

An End est également en lien avec différents partenaires tels que l’association S.T.ART, ou encore l’agence de voyage islandaise “Islande.Is“.

AN END - L'Enfant et la Mer - cover front & back

Comme je l’expliquais, j’ai bien failli ne pas laisser la moindre chance à cet album malgré une bonne volonté initiale de ma part. Mal m’en aurait pris car cet album recèle certes de quelques défauts mais aussi de très bons titres originaux et emballant. Alone commence l’album de façon assez subtile sans trop se la jouer Post Rock qui tache et qui monte tranquillement en régime.

5.12AM est le premier titre chanté et le moins que l’on puisse dire c’est que l’on regrette presque que la chanteuse, Marie, ne semble pas trop à l’aise et ne parvienne pas à s’imposer au niveau du mixage. Les paroles sont pourtant forts sympathiques et le chant plutôt convaincant mais on reste un peu sur notre faim au niveau production, mixage et qualité globale du son même en ALAC. Cela n’enlève rien aux qualités de la chanson!

Terre est un très bon titre mélodieux et remarquable en terme de montée graduelle et d’utilisation de l’électro. Le mélange des genres ne dénature heureusement pas la chanson qui s’écoute sans vaciller. Les Abysses est un autre titre phare de ce bien étrange voyage dénommé L’Enfant et la Mer. La voix est toujours aussi en retrait pour mon plus grand malheur mais la chanson à quelque chose de beau, d’authentique et de touchant.

Hapiness reprend le flambeau dans la même veine même si on parvient toutefois mieux à cerner le chant au milieu de ce torrent de guitares et de ce joli final. N’oublie Jamais… est un instrumental sympathique qui, une nouvelle fois, se démarque sur son final retentissant. On regrette juste la transition un poil brutale avec un autre très bon titre Lost qui mérite très clairement une écoute poussée pour peu que l’on aime le genre.

C’est d’ailleurs à partir de ce moment là que l’album prend une toute autre tournure me concernant, Vivre et En Attendant l’Automne sonnent comme deux beaux bols d’air frais malgré, la aussi, quelques faiblesses au niveau du son au niveaux les percussions et de la section rythmique. Aurora ressemble un peu à du Lights & Motion ce qui est un très gros plus pour moi! An End montre ce que peut donner un mixage plus réussi avec la voix de marie autrement mieux mise en avant pour mon plus grand plaisir. On ressent comme un certain décalage entre plusieurs titres au niveau de l’enregistrement. Cela n’enlève rien au ressenti général sur l’album mais on note quelques différences ici et là.

An End est donc un projet que je vais suivre avec attention car avec L’Enfant et la Mer, il est parvenu à m’accrocher après plusieurs écoutes que ce soit sur Bandcamp ou sur Foobar. La majorité des titres sont bons voir excellents et on ne peut reprocher que quelques erreurs au niveau de la qualité du son et du mixage ce qui reste négligeable au final.

Si vous aimez le Post Rock qui n’a pas froid aux yeux, An End est une très bonne découverte que je vous invite à écouter le plus vite possible. Sans trop essayer de ressembler à ses illustres influences, L’Enfant et la Mer constitue un album complet et cohérent que l’on prend plaisir à écouter. C’est déjà très bien pour un début!

Achat:

Vous pouvez vous procurer l’album sur le Bandcamp officiel du groupe au prix raisonnable de 6€ minimum.

Écoute intégrale:

Plus d'articles
CARPENTERBRUTLIVE
Critique : CARPENTERBRUTLIVE, le premier live de Carpenter Brut
luctus ipsum pulvinar commodo non neque. id accumsan ut dolor. risus