No One but You

Test : No One But You

No One but You est une Visual Novel qui est parvenue à se financer via une campagne Kickstarter et qui semblait promettre quelques nouveautés sur la papier. Après pas mal d’heures de jeu, je dois bien avouer être un peu septique sur le résultat global malgré quelques bons moments et quelques bonnes idées.

Comme la plupart des jeux du genre, No One but You nous place dans la peau d’un jeune adolescent dénommé Hideaki qui revient dans sa ville d’enfance après quelques soucis survenus dans son ancienne école. Forcément, il va falloir se faire des amis et trouver son âme sœur parmi tout un harem près à tomber dans nos filets plus ou moins fins. On retrouve le moteur habituel pour ce genre de simulation avec ce que ca implique en plantages divers et variés suite à certains choix non testés par le développeur et son équipe de testeurs.

Le jeu mélange allègrement la Visual Novel avec la simulation de drague sans y adjoindre de micromanagement et de talent à développer pour intéresser l’intello ou la rebelle. Rien de tout cela dans No One but You, il va falloir faire quelques choix stratégiques à certains moment afin de faire pencher la balance entre tel ou tel personnage. On est d’ailleurs jamais à l’abris de surprises suite à certains choix, voulant draguer un personnage, je me suis retrouvé à finir dans l’escarcelle de mon meilleur ami homme de son état; oups la jolie boulette et merci l’achievement impromptu.

Sans trop s’éloigner des stéréotypes classiques, No One but You a le mérite toutefois de proposer une histoire originale avec pas mal de surprises dans certaines branches avec une petite amie potentielle légèrement céréal kiler. De quoi bien rigoler après quelques choix bien sentis! On peut également essayer de draguer une sorte de jeune fille qui semble transparente aux yeux de nos amis, étrange!

No One but You est plutôt bien fait dans son ensemble avec un character design joli et quelques backgrounds superbes. Pourtant, tout n’est pas rose dans le jeu, en effet, on retrouve des décors passablement moches avec quelques surprises au niveau des fournitures et autres objets qui ne semblent pas terminés. Le rendu est du coup moins homogène qu’escompté et il est très difficile de ne pas rire devant quelques fonds qui font très amateur.

La musique est plutôt correct quoique lassante au bout d’un moment. On finira par l’enlever au bout de la seconde partie! La durée de vie est dans la moyenne de ce genre de jeux même si l’on sera tenté d’accélérer certains passages déjà connus. No One but You ne dispose pas encore de contenu adulte à l’heure à laquelle je vous parle, il faudra attendre un patch pour vous palucher sur les nymphettes au mal de dos chronique!

Autre sujet de satisfaction, le jeu dispose de cartes Steam qui valent le coup et qui amortiront votre achat à moindre frais! On retrouve l’OST en bonus ce qui est une bonne et une mauvaise nouvelle pour nos oreilles. On appréciera également la présence du Steam Cloud vous permettant de jouer au jeu loin de chez vous afin de ne pas éveiller les soupçons de votre conjointe ou de votre famille.

No One but You est une Visual Novel sympathique mais qui souffre de trop gros problèmes pour que je vous recommande son achat à l’heure actuelle. A vous de voir si le jeu en vaut la chandelle!

Images:

Plus d'articles
Test : No One But You 6
Test : Mosaic
luctus ut ultricies felis Sed elit. ipsum odio dapibus Lorem