Date de sortie
13/05/2016
Studio
id Software
Plateforme
PC
Notre score
8.5

DOOM est donc de retour avec une version 2016 qui avait tout pour faire un flop mémorable. En effet, Bethesda avait décidé de ne pas envoyer de version presse avant la sortie officielle du jeu et les premières betas multijoueur étaient assez décevantes. Pourtant, contre toute attente le jeu fait l’unanimité entre les joueurs et la critique. Ne disposant pas d’une machine capable de faire tourner correctement le jeu, je me suis abstenu d’acheter le jeu à sa sortie. Suite à l’obtention d’un nouvel ordinateur, je peux enfin combler cette lacune à petit prix pour un test très LTTP. Que nous réserve donc cette nouvelle plongée en enfer? Plus Doom 3 que Doom? Nous allons le découvrir maintenant!

DOOM nous offre donc un mix plutôt bien fait entre les shooters modernes et un hommage appuyé à son illustre prédécesseur (Doom 1 et 2 hein pas le 3). Exit donc le space marine incapable de scotcher une lampe sur ses armes et accueillons notre tueur de démon qui se réveille tranquillement en plein milieu du chaos et des démons. Il ne nous faudra pas plus de 10 secondes pour découvrir une des principales nouveautés de cette version 2016, les Glory kills. En effet, non content de faire des gros trous dans nos ennemis, on a la possibilité de les achever une fois qu’ils sont affaiblis. Dès que notre ennemi clignote en bleu ou en orange, on est en mesure de le terminer en un coup grâce aux Glory Kills. Si certains avaient peur que ces actions tuent le rythme effréné du jeu, il n’en est heureusement rien! Cette mécanique de jeu sera même vitale dans les niveaux de difficulté élevés car elle nous permet de gagner plus de vie et plus de munitions par mort version “Finish Him!“.

Let freedom ring with a shotgun blast!

DOOM parvient également à sublimer sa partie solo par le biais d’un self-awareness bluffant. En effet, on se rend vite compte que notre principal protagoniste ne pipera pas mot de tout le jeu. Les développeurs sont parvenus à le rendre concret et imposant grâce à de superbes animations de transitions et autres situations où notre personnage agit naturellement. Las d’écouter un discours pompeux et ennuyeux, pas de problème! On envoi valser la discussion et on passe directement à l’action en foncant dans le tas sans réel dicernement. L’histoire est également bien faite avec des missions qui ne se limitent pas à aller chercher une clé pour ouvrir une porte. On s’intéresse du coup à ce qui nous entoure et aux différents protagonistes ce qui est plutôt rare pour un jeu ID Software.

DOOM

Au niveau technique, le jeu est sublime que ce soit en mode Vulkan ou en mode normal. Il faudra tout de même compter sur une machine puissante pour en tirer le meilleur car DOOM se doit d’être joué à 60fps que ce soit pour le mode solo ou en multijoueur. Je n’ai pas rencontré de gros bugs si ce n’est quelques freezes lors de transitions ou de temps de chargement conséquents. La maniabilité est parfaite que ce soit à la manette (hérésie pour les anciens) ou au combo clavier-souris que je recommande. La partie sonore est elle aussi exempt de reproche avec des musiques au top et des bruitages bluffants! Un vrai régal pour les yeux et pour les oreilles. Le gameplay est dynamique et il est fortement conseillé de jouer en mouvement sous peine de se faire tuer même par des ennemis de base.

DOOM

You’ve got some red on you.

DOOM est un jeu qui peut paraitre facile si l’on joue en mode de difficulté standard mais le vrai jeu commence en mode de difficulté avancé. Il faut être en constant mouvement et bien choisir ses armes en fonction des situations. En effet, vous ne pourrez pas vous limiter à une ou deux armes, il faudra varier les plaisirs et les méthodes de mise à mort. Des ennemis groupés? Utilisez le BFG ou le lance roquette. Des ennemis sur une plateforme, snipez-les. On crève très souvent si on reste sur place plus de 4-5 secondes dans les arènes et c’est tout à fait ce que l’on aime dans DOOM. Les combats contre les boss sont tous intéressants et funs, il y a plusieurs phases à affronter et des patterns à étudier.

DOOM

Autre gros point fort de DOOM, c’est le level design! On navigue assez facilement dans les niveaux à la recherche du prochain point de contrôle ou à la recherche de secrets. Il y a un très gros effort sur les jeux de couleurs afin de toujours nous montrer où il faut aller sans que ce soit forcément un couloir ou réducteur. La gestion des cartes et des secrets est également un régal pour le joueur qui aime découvrir tous les achievements. Sachez que pas mal d’achievements nécessitent de jouer au mode multijoueur ce qui risque de gêner les joueurs n’aimant la compétition. Je n’ai d’ailleurs pas trop essayé le mode multijoueur et je ne saurais trop vous dire du bien ou du mal du matchmaking et des possibilités offertes par ce mode. De toutes façons, j’attends Quake Champions pour le multijoueur.

Ni déçu, ni soumis!

DOOM

DOOM est une réussite totale dans sa version 2016. Il fusionne parfaitement ce qui fait la force de la licence avec les améliorations des FPS entrevues en 2016. Personne n’y croyait et pourtant on est bien face à un des meilleurs jeux de l’année et l’on n’attend plus qu’une seule chose maintenant, un add-on ou une suite dans la même veine! Avec plus de 10 heures pour boucler le mode solo, vous ne risquez pas de vous ennuyer surtout que le jeu est souvent en soldes à petit prix!

Achat:

Conclusion
DOOM est une réussite totale dans sa version 2016. Il fusionne parfaitement ce qui fait la force de la licence avec les améliorations des FPS entrevues en 2016.
Les +
Fun
La bande son
Bien long
Les -
Le mode multijoueur
8.5
Must Have
Plus d'articles
EMPORIUM
Test: EMPORIUM
Praesent Phasellus fringilla diam vulputate, velit, Praesent mi, elit. efficitur. consectetur