Martha is Dead

Test: Martha Is Dead

Faux-semblants

Dernière mise à jour:
Martha is Dead
Date de sortie
24/02/2022
Studio
LKA
Plateforme
Steam
Notre score
7

Martha Is Dead est un jeu d’aventure baignant également dans l’horreur psychologique développé par LKA et publié par Wired Productions dans lequel on incarne une jeune femme dénommée Giulia pendant l’année 1944 en Italie.

Pendant que la guerre entre l’Allemagne et les forces alliées bat encore son plein, Giulia devra gérer le deuil de sa sœur jumelle Martha retrouvée morte noyée!

Alors qu’elle la découvre inanimée dans le lac situé non loin de son domicile, Giulia va se faire passer pour elle afin de découvrir ce qu’il s’est réellement passé le jour de sa mort.

Amatrice d’appareils photos d’époque et à la recherche de la vérité, elle va devoir se faire passer pour sa sœur sans éveiller les soupçons mais aussi faire attention au climat politique très tendu de la seconde guerre mondiale (1944) en Italie.

Martha Is Dead est donc le second jeu des développeurs du déjà excellent The Town of Light, un jeu d’horreur psychologique là encore se déroulant dans un asile en Italie. Le moins que l’on puisse dire, c’est que LKA n’hésite pas à aborder des thématiques complexes et des sujets très sensibles dans ses productions.

Martha Is Dead se déroule comme une aventure en vue à la première personne où il faudra suivre des pistes et parfois partir dans le surnaturel afin de trouver des réponses aux questions que Giulia mais aussi le jouer se pose au grès des découvertes que l’on fera.

Si le but principal de notre périple sera de découvrir la vérité sur la mort de Martha, il ne faudra pas négliger le contexte dans lequel se passe ces évènements tragiques, la guerre fait des ravages et il faudra se tenir au courant des avancées de la guerre.

Pour ce faire, on pourra récupérer les journaux du jour ainsi que des télégrammes et écouter la radio pour nous tenir au courant des dernières nouvelles d’un monde plongé dans la guerre. La guerre n’est d’ailleurs pas qu’un simple prétexte mais bel et bien un acteur incontournable de notre aventure au même titre que la mort de Martha.

Fatal Frame

Martha Is Dead

Martha Is Dead sait également la part belle au folklore ainsi qu’aux nombreuses superstitions entourant cet étrange lac. Grâce à l’utilisation de symboles et des cartes de tarot, on pourra découvrir de nouveaux aspects du jeu et invoquer l’esprit de la Dame Blanche.

Martha is Dead commence directement très fort avec la découverte du cadavre de Martha dans le lac et directement on se retrouve dans une ambiance glauque voir malsaine en découvrant le passé des 2 sœurs jumelles et de leur relation assez spéciale avec leur mère.

Les enjeux sont immédiatement définis et le jeu fera de son mieux pour nous guider dans cette aventure oscillant entre le rêve et la réalité, le cauchemar et l’éthéré. Grâce à un système d’objectifs, il sera toujours aisé de savoir ce qu’il faut faire et où aller.

Le jeu nous permet donc d’explorer plus ou moins librement la maison familiale ainsi que les alentours proches à la recherche d’indices et autres objets à trouver. Il sera à tout moment possible de savoir avec quels objets il est possible d’interagir en laissant appuyer sur une touche.

Martha Is Dead permet donc de récupérer des objets et de les utiliser à certains moments sans que l’on rencontre la complexité inhérente aux Point N’ Click par exemple. C’est toujours logique et en général assez explicite pour que l’on ne perde pas trop de temps dessus.

Mais c’est surtout l’importance donnée à la photographie qui permet à Martha Is Dead de se démarquer des autres jeux du genre avec les vraies étapes nécessaires à utiliser les appareils argentiques comme le Rolleicord et surtout les pièces noires pour sortir les photos en les baignant dans différents bacs.

Bien entendu, le temps nécessaire à ces opérations a été largement réduit par rapport à la réalité mais le processus me rappelle ce que je faisais moi-même pour développer les pellicules.

En gros, on aura la possibilité de prendre des photos avec des appareils d’époque, de gérer la mise au point et de bien choisir les filtres afin de faire des photos permettant à l’histoire d’avancer. Inutile de vous dire qu’il va falloir prendre en main l’appareil et ce n’est pas forcément évident de prime abord.

Une fois les photos prises, il faudra aller les développer afin de les exploiter plus tard ou de découvrir des éléments cachés à l’œil nu en utilisant certains filtres. Sachez qu’il est possible de couper les transitions afin d’accélérer le processus ce qui est fort pratique.

Martha Is Dead

Silent Feels

Après, rien de vous empêche d’aller prendre en photo tout ce qui bouge dans la nature ou chez vous. Les pellicules sont en nombre illimités et on ne les utilisera pas pour affronter des monstres et autres esprits comme dans les excellents Fatal Frame ou dans Dreadout.

Martha Is Dead propose plutôt un trip horrifique psychologique garanti sans Jumpscares avec énormément d’événements à la limite du surnaturel et d’autres horreurs, elles, bien réelles associées à la seconde guerre mondiale.

Martha Is Dead explore beaucoup de thématiques fortes comme la gestion de la perte d’un être proche, des relations mère-fille et d’un climat anxiogène d’une période sombre de l’Histoire au travers le prisme d’une jeune femme en quête de la vérité, mais avec ses propres angoisses et autres démons personnels.

Ce qui est également très intéressant dans le jeu, c’est l’interprétation que l’on peut avoir des actes et autres décisions de Giulia concernant sa sœur, son petit ami mais aussi sur sa relation conflictuelle avec sa mère alors que son père, certes aimant, est aux abonnés absents.

Rien n’est tout blanc ou noir et on en arrivera même parfois à douter de l’état mental de notre personnage tant certains choix et certaines décisions sont inattendues dira t-on sans divulgâcher certaines surprises du jeu.

C’est d’autant plus important que Martha Is Dead n’hésite pas à nous montrer des situations au mieux malaisantes et au pire carrément malsaines.

Il faudra avoir le cœur bien accroché dans certaines scènes et vu les qualités graphiques du titre, on se surprend parfois à détourner le regard de l’écran.

Sans aller dans la surenchère de gore grotesque à l’instar de DOOM, il y a vraiment des scènes particulièrement hautes en émotions et en couleur avec des séquences d’automutilation et de violences physiques et psychologiques dans le très haut du panier du genre.

Martha Is Dead propose aussi des séquences très connotées petite enfance avec, là aussi, de sacrés traumatismes et autres abus à endurer et qu’il faudra gérer du mieux que l’on peut avec les informations que l’on a pu glaner précédemment dans le jeu.

Ce côté enquête est intéressant mais étant donné que l’on se met à douter de tout au fur et à mesure de notre avancée dans ce long périple émotionnel.

Martha Is Dead

Press R to Defile, Profane, Mutilate!

De plus, on aura pas trop le choix sur les bonnes interprétations des situations car ces séquences se réinitialiseront dès lors que l’on se trompera d’orientation.

Cela sera le cas dans les phases où l’on doit s’enfuir dans la forêt et choisir des mots dans notre fuite ou au moment théâtre de marionnette.

C’est d’ailleurs là que ce trouve le principal défaut du jeu selon moi, il en fait trop dans certaines situations alors qu’il aurait pu être aussi impactant sans partir dans l’excès et la violence gratuite.

Les développeurs en sont parfaitement conscients car le malaise est immédiatement palpable dans ces séquences grâce à une ingénieuse utilisation de la musique et de son côté désorganisé et chaotique.

Martha Is Dead va donc nous propose de faire des choses affreuses aux vivants mais aussi aux morts. Rien ne nous sera épargné que ce soit psychologiquement mais aussi visuellement.

Si Town of Light proposait des thématiques similaires et une violence psychologique décrite et remarquablement illustrée, le photoréalisme qui se dégage du jeu ne rend au final pas vraiment service au développement des thématiques.

Je comprends tout à fait l’approche de LKA et sa volonté de marquer au fer rouge les esprits mais le résultat est au final contreproductif si l’on en juge les réactions des autres tests du jeu.

A un seul moment, le jeu nous propose une version censurée de ce qui se déroule devant nous et très sincèrement j’ai amèrement regretté de ne pas avoir choisi la version censurée de ce passage.

Cela étant, et même sous prétexte de vouloir choquer le chaland , le résultat est pourtant là avec un jeu qui se démarque des autres jeux du genre mais qui parvient également à nous faire nous poser bien des questions.

Il y a bien des parallèles à faire entre Town of Light et Martha Is Dead en matière de santé mentale et sur les ravages des violences faites aux enfants. On retrouve également pêle-mêle des tentatives de suicide, la schizophrénie et la détestation de soi.

Martha Is Dead est un jeu remarquablement bien écrit et structuré avec énormément d’attention aux détails et à la gestion des émotions et de l’état mental de notre protagoniste.

Martha Is Dead

Goddamn the Voices Inside My Head

Un autre point remarquable du jeu est sa façon de nous faire réfléchir et de ne pas nous donner de bonne ou de mauvaise interprétation de son histoire.

Il y a autant de façons de comprendre l’histoire que de joueurs différents, sans entrer trop des les spoilers je dirais qu’une bonne compréhension de ce qu’est vraiment la folie et de que peut être l’aliénation mentale est nécessaire pour bien comprendre le jeu.

A titre personnel j’ai ma théorie et sur ce que j’ai pu lire sur les fils de discussion Steam, je ne suis pas le seul à avoir interprété le jeu de cette façon ce qui est plutôt rassurant.

Comme je le disais Martha Is Dead n’est pas un simple jeu où l’on s’amuse à découvrir une histoire en utilisant notre logique rationnelle mais bel et bien un vil piège bien fourbe qui va nous pousser à raisonner comme Giulia.

Il ne faut surtout pas oublier l’intelligence narrative dont fait preuve le jeu avec des morceaux complets de l’histoire à découvrir en utilisant le téléphone et les différents numéros disséminés un peu partout.

Le contexte des années 1940 n’est pas anodin et certaines situations d’expérimentations horribles que ce soit dans des asiles allemands mais aussi italiens prend tout son sens si l’on gratte un peu la surface.

Je vais m’arrêter là car je pourrais parler pendant des heures de ce que j’ai pu comprendre ainsi que du côté bicéphale de Giulia et du sacré coup de force des développeurs en ce qui concerne l’aspect narratif du jeu.

Martha Is Dead

Giulia’s got a Gun

Graphiquement, Martha Is Dead est une franche réussite avec une réalisation quasi photoréaliste sur certains environnements ainsi qu’une gestion du RTX assez poussée.

Le jeu est sublime avec des textures ultra détaillées et un rendu des mains bluffant et des animations au top.

Le revers de la médaille réside dans le fait qu’il faut forcément une bonne machine pour faire tourner correctement le jeu et même dans ce contexte, ce n’est certain d’avoir une expérience fluide.

En effet, même avec un ordinateur à l’aise en 1080p j’ai tout de même droit à de sacrés saccades lors des mouvements horizontaux de souris et pas mal de freezes très certainement dus à la recompilation des shaders comme c’est souvent le cas sur les jeux UE4.

On en est pas encore au point de la version 1.0 d’Elden Ring mais on s’en rapproche à certains moments. Je n’ai pas pu jouer aux versions console mais sachez que le jeu est mis à jour souvent ce qui devait corriger à terme ces problèmes.

Martha Is Dead ne gère pas encore les claviers AZERTY ce qui nous oblige à basculer notre clavier en QWERTY pour pouvoir jouer convenablement. C’est dommage mais malheureusement habituel de nos jours. Le jeu vient tout juste d’être patché pour gérer les claviers AZERTY!

Il est également à noter que le jeu gère les claviers Razer Chroma pour des résultats du plus bel effet, c’est inutile mais c’est toujours agréable de voir des prise en compte de ces périphériques dans des jeux dits de niche.

Martha Is Dead

The mirror

Le jeu est intégralement en français dans les textes mais pas dans les doublages. C’est plutôt très bien traduit et je n’ai pas repéré beaucoup de fautes si ce n’est quelques phrases non traduites lorsque l’on active les sous-titres.

Au niveau des problèmes, j’ai également rencontré quelques soucis de quêtes bloquées ou dont les points d’intérêts n’étaient pas bien placés sur la carte. Là encore rien de bien grave mais j’ai parfois du me résoudre à recharger un chapitre entier.

Comptez environ 8-9 heures pour en voir le bout et pour débloquer un maximum de succès. C’est fort convenable pour ce genre de jeu et malgré le prix assez élevé du jeu, cela reste rentable à mon avis.

Sachez pour finir que le jeu est disponible sur Steam mais également sur les PS4 / PS5 et autre Xbox XS

Martha Is Dead est un jeu de nature clivante et qui risque de souffrir de son côté extrême alors qu’avec un peu plus de modération et des mutilations hors champs je pense qu’il y aurait eu moins de problèmes.

Pour ma part, j’ai énormément apprécié l’histoire et ce que tente de raconter le jeu malgré son côté un peu elliptique et sa forte propension à ne pas faire de compromis que ce soit dans ses aspects positifs mais aussi négatifs.

LKA nous propose une aventure horrifique sans filtre qu’il convient d’expérimenter seul et dans les bonnes conditions mentales et psychologique. C’est une expérience passionnante mais que j’ai adoré vivre même si elle m’a laissé épuisé mentalement et physiquement.

Achat sur Steam:

Martha is Dead
Test: Martha Is Dead
Conclusion
Martha Is Dead est un aventure qui pousse tous les curseurs à fond que ce soit en bon mais aussi parfois dans le mauvais... goût.
Les +
Le jeu est vraiment très beau
Le système de photos
Beaucoup de questions et peu de réponses évidentes
Les thématiques sont très bien amenées et qui poussent à la réflexion
Les -
Quelques scènes violentes et perturbantes qui en font trop
Pas super bien optimisé techniquement
Très linéaire
7
Bon