Critiques MusiqueIndie

Critique : Chris Kiehne – Pray For Daylight

Chris Kiehne est un artiste qui n’a pas eu beaucoup de chance avec son premier album. Après avoir collaboré avec pas mal de monde en matière d’arrangements et de production, il a décidé de sortir son premier effort solo mais la genèse du projet a été longue et surtout périlleuse car il a tout perdu suite à un crash de son disque dur alors qu’il venait de sortir un EP sur son _Space. Pas fondamentalement désireux de tout refaire, il a donc laisser tomber cet album et il s’est concentré sur un autre album, Perfect Satin Sails, qui sortira en février 2006.

Quelques années plus tard, il finira par refaire son premier album et a le sortir sur son Bandcamp. Pray For Daylight nous narre donc la survie d’un couple suite à une “zombie apocalypse” et comment sauver l’autre dans une telle situation. C’est particulièrement croustillant au niveau des paroles et des thèmes évoqués.

Avis:
Sorti le 25 septembre 2010, cet album revient d’entre les morts comme vous avez pu le voir plus haut. On se retrouve donc avec un album très court de 10 titres reprenant les aventures et la survie d’un couple en plein apocalypse zombiesque. Forcément avec un tel thème, le folk rock fait un peu tache mais au final, c’est plus un album sur l’amour et comment le préserver qu’autre chose. Les paroles sont légères mais remplies de bon sens et de traits d’humour.

On comprends mieux l’obsession de l’artiste pour Romero et surtout pour Shaun of the Dead et cet album représente sa vision du film, à savoir une histoire d’amour avec des zombies dedans. C’est particulier mais ca reste bon enfant surtout qu’il évite soigneusement les paroles trop explicites et racoleuses.

Côté musique, on est pas déçu non plus, l’album est très agréable à l’écoute. On est en plein trip folk avec sa tripotée de banjo, d’ukulele et de mandolinn. Les mélodies sont simples mais rudement efficaces avec de très beaux duos et quelques perles calmes et voluptueuses. L’écoute peut être passive, presque lascive tant tout coule de source et tout semble évident.

On passe un bien agréable moment à écouter cet album et franchement on en demande pas plus. L’ensemble est parfaitement cohérent et peut servir de musique de fond sans que l’on se rende compte du thème principal. Les mélodies et autres arrangements sont superbes pour la plupart, le travail effectué sur l’album est soigné. C’est une jolie réussite même si cet album n’ira pas casser trois pattes à un canard zombie.

Titres à retenir:
Diomedea, Phaedo, Pray For Daylight, A Special Providence et A Basket of Bone.

Tags
En voir plus

Loutre Perfide

Vieux con qui cherche à faire découvrir quelques perles dans tous les domaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ut tempus felis id ut Donec ipsum Phasellus luctus Aenean
Fermer