Critique : Anathema - Weather Systems 2

Critique : Anathema – Weather Systems

Anathema nous propose donc un nouvel album déjà bien teasé par la diffusion de l’excellent The Beginning and the End disponible en téléchargement gratuit depuis un moment avant la sortie de l’album. Le groupe n’a pas lambiné ces dernières années et semble prendre un certain rythme de croisière tout en gardant une qualité de production et d’interprétation au top.

Pour ceux qui ne connaissent pas cet excellent groupe, Anathema était un flamboyant représentant du mouvement doom-death (My Dying Bride) avant de migrer vers un rock plus progressif, expérimental et à ambiance. Les titres de cet album reprennent donc des morceaux de cette époque lointaine mais avec un soupçon d’âme qui manquait peut être aux versions originales.

Avis:
Après l’excellent We’re Here Because We’re Here, Anathema nous propose tout simplement l’album de l’année pour le moment avec Weather Systems. Inutile de tergiverser pendant des heures, cet album est magique. Certes on s’éloigne de l’esprit des premiers albums à grands pas, transition déjà préparée et assumée depuis maintenant 5-6 ans, mais le résultat est juste fabuleux. L’album commence sur 2 titres magistraux, Untouchable, Pt. 1 et 2, 2 merveilles d’ambiance douce mais résolue. Les paroles sont juste sublimes avec un duo de voix déjà mis en avant sur quelques titres du précédent album mais ici, l’harmonie est parfaite.

La chanson n’est pas inspirée par le film Intouchables mais relate une relation difficile et une séparation inéluctable et déchirante. Les nuances de rythmes et d’ambiances sont subtiles et feutrées. Cet album a une âme, c’est évident, la thématique des tumultes climatiques pour relater une histoire aurait pu être ridicule mais on touche ici à l’excellence.

The Storm Before the Calm est un titre plus ambitieux et nuancé que les précédents, il dénote du reste avec une production plus agressive et saturée. On est bien dans un orage musical avant le calme comme prévu. Le titre nous promène durant les 5 premières minutes entre guitares stridentes et calme apparent pour mieux repartir de plus belle avec un nouvel ascenseur émotionnel du plus bel effet. On est dans le prog à son meilleur et ce n’est pas The Beginning and the End qui va changer la tendance. Le titre est déjà connu car téléchargeable sur le site à une époque mais il reste toujours aussi bon, surtout dans son contexte naturel.

Les 2 derniers titres sont eux aussi très nuancés et savent monter en pression, The Lost Child et Internal Landscapes usent et abusent des ambiances et des montées progressives en charge émotionnelles. Ils ont néanmoins du mal à égaler les titres précédents et sont un poil longuets sur le finish. C’est surtout le cas d’Internal Landscapes qui aurait mérité d’être écourter d’une bonne minute.

Vous l’aurez donc compris, cet album passe en boucle depuis de nombreux mois sans que j’éprouve le moindre sentiment de lassitude. Anathema est vraiment un groupe à part dans le paysage musical récent, il sait délivrer de belles expériences et nous fait voyager à moindre frais. Je vous conseille donc largement l’achat et l’écoute de cet album. Si vous le pouvez, écouter le en 5.1 avec l’édition vendu sur le site Burningshed. Non seulement le mix est admirable mais l’album gagne encore en intensité et en qualité dans ces conditions particulières.

Achat:
Cet album est disponible sur le site de Kscope au prix de 12£.

Extrait: