Critique : Nadja - Queller 2

Critique : Nadja – Queller

Nadja est un duo consisté par Aidan Baker et Leah Buckareff, à eux deux, ils distillent une musique proche du Drone ou du Post-metal depuis maintenant 11 ans avec pas mal de sorties en LP ou en EP à leur actif. Aujourd’hui, nous allons parler de leur dernier effort en LP, Queller, sorti le 4 mars 2014 sur iTunes mais en février sur leur bandcamp.

On ne peut pas vraiment dire que le duo Nadja se la coule douce, après de très nombreux albums et collaborations, ils nous reviennent enfin avec un excellent album, Queller. Constitué de 4 titres plutôt longs, 10 minutes en moyenne par titre, cet album est un véritable condensé de sonorités sombres et d’ambiances oppressantes. Sans jamais lâcher prise, le groupe nous prend aux tripes dès l’excellent Dark Circles. Ce titre résume parfaitement ce que va être l’album, une véritable claque musicale difficile à expliquer mais ô combien jubilatoire.

Avec Mouths, le groupe ne dessert pas l’étau, avec ses paroles à peine audibles et ses guitares post métal, il explose et implose avec une intensité rarement égalée. Sans jouer la surenchère, il lamine nos dernières résistances avec un finish dantesque tendu. Forcément, ce genre de musique n’est pas à mettre dans tous les écouteurs mais pour peu que l’on aime le Drone et les ambiances oppressantes, on sera aux anges.

Lidérc est un autre titre lancinant et dantesque. Long à se mettre en place, il pose ses valises dans notre inconscient et fait fi de toutes nos résistances. On est en plein trip ambient métal avant que le calme ne revienne vers la moitié du titre pour faire un peu descendre la pression. Le groupe se penche tout de même plus sur des bases de rock plutôt que d’ambiant, on y retrouverait presque du Have a Nice Life par moments, c’est dire le niveau atteint par l’album.

Quell n’est pas en reste avec ses bases de métal avancées et ses riffs pénétrants à la limite de l’industriel. A bien écouter le groupe de près on se rend compte qu’il synthétise parfaitement la new wave, l’industriel, le shoegaze et le drone mâtiné de sludge. Certes, cela fait pas mal de terme barbares pour les néophytes mais cet album est si puissant et bien mené qu’il est presque incontournable en cette moitié d’année 2014.

Nadja revient de loin après une période à vide avec cet excellent Queller. Il nous prend aux tripes et nous offre une très belle expérience musicale qui nécessite pas mal d’écoutes pour en ressentir toutes les sensations et s’imprégner un peu mieux de l’ADN du groupe. C’est un album expérimental et captivant à écouter de toute urgence.

Achat:
Vous pouvez acheter l’album sur le Bandcamp du groupe au prix de 5.99€ en version digitale.

Ecoute intégrale: