Critique : The Birthday Massacre - Hide and Seek 2

Critique : The Birthday Massacre – Hide and Seek

The Birthday Massacre est un groupe de rock canadien à forts relents gothiques gentillets qui est parvenu sans trop de mal à se faire un petit nom chez les amateurs du genre. Associant les claviers et les guitares avec des thèmes chers au genre, le groupe en est déjà à sa 5 ème sortie si l’on compte les EP. C’est le 16 octobre 2012 que le groupe sort son dernier album, Hide and Seek qui a déjà fait son trou et marche plutôt bien dans les charts pour ce genre de groupe aux USA. Reste néanmoins à voir si on se rapproche du bon rock certes caricatural mais efficace ou du loli-grotesque.

Si pas mal de groupes dits gothiques voient la lumière du jour ces derniers temps, ils sont très loin d’être intéressants ou même audibles en étant sobre ou en bonne santé mentale. Si le genre décline tout doucement c’est aussi à cause de l’engouement occasionné par des albums étalons comme ceux d’Evanescence et de The Birthday Massacre.

Le genre perdure malgré tout malgré ce côté décalé et grâce au revival des années 80 qui permettent aux groupes de remettre au goût du jour les synthés et les mélodies rock. TBM est un  très bon exemple de groupe qui parvient à maintenir la barre haute avec des albums certes « classiques » mais efficaces. Hide and Seek ne fiat pas exception avec ses titres accrocheurs et rythmés, la batterie électronique est de rigueur et les synthés sont rois. Les riffs se font moins acérés et moins présents mais au final, on n’y perds pas au change avec de bons titres catchy et plaisants à écouter malgré des paroles toujours aussi caricaturales.

Leaving Tonight commence fort avec de bonnes guitares et des paroles légères mais fun. Il fait un parfait single et constitue une parfaite introduction à l’album avec son refrain catchy. Down est un autre bon titre plutôt destiné aux amateurs de synthés et aux rebelz avec quelques invectives et assaults vocaux bien à propos. Play with Fire est moins intéressant avec une tentative vaine de lourdeur et de noirceur mâtiné de Dark Wave romantique. Need est déjà plus enjoué et ferait un très bon single. Forcément le ton est un peu forcé et augmente de fait le côté caricatural du groupe mais ca passe néanmoins plutôt bien.

Calling reste dans la même veine et se la joue pop polisson afin de mieux caresser dans le sens du poil les auditeurs. Efficace mais limité. Alibis signe le retour de la Dark Wave et des synthés avec une franche réussite. Le titre est bon et se démarque assez largement du reste de l’album. One Promise ferait parfaitement l’affaire pour une bande son de teen movie et de slasher décérébré. Le côté pop  pleinement assumé ravira les fans les moins exigeants. In This Moment n’est pas un titre à la gloire du groupe éponyme mais un autre titre sympathique et inspiré. Le groupe n’en fait pas trop et rassure tout de même sur sa capacité à faire de bons titres radio-friendly. Cover My Eyes est un autre titre qui aurait parfaitement sa place en tant que BO de Twilight ou autre, sirupeux, lent,  on pourra lui reprocher pas mal de carences mais il est tout de même bien produit et emmener.

The Long Way Home est quand à lui dispensable et clôture l’album d’une façon bien décevante. Soyons clair, cet album ne révolutionnera pas le son du groupe ou même son auditorat mais il est parfaitement dans la mouvance actuelle du genre en faisant plus ou moins disparaître les guitares pour remettre en avant les synthés façon Dark Wave. Il est suffisamment bon pour être mis en repeat et pour faire découvrir le groupe à votre petite soeur qui commence lentement à développer des tendances loli-goth. Tout espoir n’est pas perdu pour elle, ce genre de groupe n’est ni trop caricatural ni trop mauvais pour mériter d’être mis de côté.

Achat: Vous pouvez acheter cet album sur iTunes au prix de 9.99€