SPC ECO - Sirens and Satellites

Critique : SPC ECO – Sirens and Satellites

SPC ECO est un duo anglais plutôt underground qui nous propose de très bons EP et albums depuis 2006, Sirens and Satelittes est leur dernier album en date. Si vous aimez la Dreampop, l’électronique et la pop, vous avez trouvé votre nouveau groupe de prédilection. Autre particularité du groupe, il est constitué par un père, membre de Curve, et sa fille, original!

Dire que le groupe est méconnu n’est pas galvaudé, à titre personnel, je ne les ai découvert qu’il y a quelques mois en recherchant les collaborations de Flood et de Alan Moulder (NIN première époque). Forcément, je suis rapidement tombé sous le charme de leurs clips et leurs univers mi-électro cradingue mi-dreampop sous acide. Après deux très bons extraits de Sirens and Satelittes, Fallen Stars et Delusional Waste, j’avais hâte d’écouter l’album et aujourd’hui fut une bonne journée car l’albume st enfin disponible sur Bandcamp.

Le groupe ne fait rien comme les autres, il commence directement l’album avec 2 titres très forts et magistralement produits, en écoutant l’album en format ALAC ou FLAC, on se rend bien compte que le groupe sait parfaitement mettre en avant ses qualités ainsi que son talent inné pour le mixage. Difficile ne pas fondre devant la voix de la chanteuse et de ne pas apprécier les loops et les arrangements sur les titres plus ambiant. Le groupe sait faire fi des restrictions du genre Dreampop et s’éloigner des groupes à la mode pour proposer un album où l’on peut ressentir des influences variés comme Massive Attack, Portishead et bien d’autres.

Les titres sont variés et surtout toujours inspirés, inutile de chercher la moindre routine ici, les 16 titres ne se ressemblent pas et disposent chacun de son identité propre ce qui renforce encore l’impact de l’album lors de la première écoute. Cet album n’est pas facile à appréhender et il nécessitera de multiples écoutes afin de bien comprendre et apprécier les variations et autres titres moins pop que les singles, il suffit d’écouter le titre éponyme de l’album pour comprendre qu’il y a énormément de couches et autres applats musicaux.

On navigue entre le Triphop, l’électro, la dreampop et la pop plus simple au grès des titres de cet album, aucun ennui à signaler après 5-6 écoutes ce qui est plutôt bon signe. J’ai d’ailleurs du mal à ne pas l’écouter en boucle ce qui est encore meilleur signe pour être honnête. Si le résultat fait très old school, il n’oublie pas de sonner très moderne malgré quelques sonnorités directement sorties de la find es des années 90. Les titres courts de 2 minutes sont moins forts et montrent surtout une volonté de transition qu’autre chose mais le résultat est bon car ils suivent en général des titres percutants et marquants.

On remarque également que les titres deviennent plus calmes au fur et à mesure que l’album avance ce qui n’est pas pour me déplaire tant les premiers titres font d’excellents singles potentiels. Pourtant, certains titres parviennent encore à d’extriper du trip hop planant comme You’re cold par exemple ou l’excellent Free Fall. Difficile donc de ne pas tomber complètement sous le charme de ce groupe discret mais qui mérite clairement une meilleure exposition sur la scène musicale actuelle. Certes ce n’est pas le groupe le plus dansant dans son genre mais il est un des plus novateurs et intéressant pour sûr! A vous donc de vous faire une idée plus précise de ce que propose ce groupe en écoutant l’album ci-dessous, vous m’en direz des nouvelles.

Extrait:

Achat:

Vous pouvez acheter cet album sur le Bandcamp du groupe au prix de £7 minimum.