Demians

Critique : Demians – Mercury

Demians est enfin de retour avec un troisième album dénommé Mercury qui marque également un sacré tournant dans la carrière du projet de Nicolas Chapel au niveau de sa gestion des vente. En effet, Demians propose son album à la vente directement via son site Internet dans 3 formats différents: MP3, CD et LP. Il n’est plus question de passer par iTunes ou par un autre portail de vente, bien d’autres artistes ont essayé ce système et ils sont nombreux à être revenus voir les majors. On ne peut qu’espérer que Nicolas Chapel parvienne a relever le défi de l’auto gestion car les obstacles sont nombreux et la gestion intrinsèque des ventes et de la production d’éléments physiques n’est pas de tout repos.

Parlons maintenant de ce Mercury, troisième album très attendu que Demians avait un peu teasé sur son Soundcloud et qui laissait envisager du très bon après un Mute intéressant mais manquant de liant pour rivaliser avec son exceptionnel Bulding an Empire. On retrouve dès Mercury, le premier titre de l’album éponyme, le savoir faire et la patte artistique de Demians. On oscille entre les guitares stridentes et une partie rythmique en forme pour dissiper les esquisses de doutes que l’on aurait pu avoir sur le talent de Nicolas. On est en plein trip souvenir du premier album et ca fait un bien fou. Techniquement on reste dans le haut du panier avec cet album, les guitares sont dosées au millimètre avec quelques ambiances particulières custom qui impressionnent immédiatement.

Sans singer ce que fait Steven Wilson, ce Mercury s’émancipe un peu de cette etiquette de rock progressif chiadé et précis que l’on pouvait coller à Demians. La diversité des ambiances et des textures musicales est de rigueur, on ne s’ennuie pas une seule seconde à l’écoute de ce Mercury. Les titres ne sont pas bien longs ce qui renforce d’autant plus leur impact à la première écoute, chose difficile à envisager sur Mute par exemple. Circles and Stars fait lui aussi écho au premier album avec un riff contagieux et un talent indéniable pour les transitions. Demians sait également varier les plaisirs avec de belles chansons calmes et taciturnes.

Comme énoncé au début de la critique, la variété des titres et des ambiances est une des très grandes forces de cet album, il y en a pour tout le monde que l’on soit fan de rock, de prog ou de groove (Little Invisible). L’album n’est pas très long mais ce n’est pas un réel problème vu que les titres sont tous très bons voir excellents pour la très grande majorité. C’est tout juste si on regrette le final de l’album un peu trop calme à mon goût mais ce serait chipoter pour pas grand chose. La thématique de l’album est assez claire et est parfaitement illustrée par la pochette de l’album. Il l’explique d’ailleurs très bien lui-même dans le descriptif de l’album sur son site officiel.

Après Mute, Demians nous propose enfin un excellent album varié et parfaitement maitrisé de bout en bout. Pas de temps morts ni de titres bouche trou, la cohésion est de mise avec Mercury. On ne peut pas lui reprocher grand chose si ce n’est la possibilité d’acheter l’album en format lossless en accompagnement de l’édition MP3. Si vous aimez les albums de rock intéressants, techniques et variés, vous trouverez votre bonheur sans le moindre doute. Il faut également espérer que Demians puisse sortir d’autres albums ou des live à intervalles réguliers maintenant qu’il est seul maitre à bord. Demians tel qu’on le connaissait est mort, vive Demians!

Extraits:

Achat:

Vous pouvez vous procurer cet album à 9€ sur le Site officiel du groupe.

ultricies leo at libero luctus ipsum Phasellus quis odio in consequat. justo