Banks - Goddess

Critique : Banks – Goddess

Jillian Banks est une chanteuse américaine de 26 ans qui est parvenue à se faire un nom en publiant ses titres sur la plateforme Soundcloud et en obtenant énormément de followers ce qui a amené la maison de disque Good Years Recordings à s’intéresser à elle de plus près. Après avoir sorti quelques singles très remarqués, elle arrive enfin avec un premier album attendu par pas mal de médias, Goddess. C’est donc le 8 septembre que Goddess débarque sur iTunes et sur les autres plateformes de téléchargement. Son style musical se rapproche de celui de The Weeknd avec qui elle a d’ailleurs partagée une tournée récemment.

Voilà maintenant quelques temps que j’attendais la sortie ce premier album de Banks, Goddess. Après la sortie d’excellents singles et autres EP, il est désormais temps de redécouvrir d’anciens titres ainsi que de nouveaux dans cette édition Deluxe disponible sur iTunes. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Banks ne fait pas les choses à moitié avec ce Goddess. On retrouve dans cet album beaucoup de choses à la mode et que l’on peut entendre sur les ondes, cet état de fait pourrait propulser Banks comme une nouvelle égérie R&B à la mode mais heureusement, il n’en est rien.

Ce Goddess porte bien son nom, Banks déploie ici tout son talent singulier dans ce périple musical à la fois sensuel et racé dans ce magistrale claques sonores et visuelles si on suit un peu son Instagram ou son site Internet. La miss parvient à se détacher de toutes ces starlettes idoines et dédiées au marketing de leurs maisons de disque même si on retrouve des influences reconnaissables comme The Weeknd avec qui elle a partagé une tournée. Certains esprits chagrins trouveront bien des raisons de ne pas s’extasier devant ce Goddess à la vue de son classicismes sur certains titres mais ce serait se priver de l’essentiel, l’album en lui-même.

Ce Goddess est magistralement produit avec ce qu’il faut d’électro, de R&B et de titres larmoyants blindés de cordes. Difficile de trouver de gros faux-pas malgré la présence de 18 titres sur cette édition Deluxe. On retient immédiatement certains titres dès la première écoute ce qui est bon signe malgré la diversité des titres constituant cet album. Au niveau des paroles, l’album est consistant et plutôt bien écrit, il n’est pas très difficile de comprendre les paroles même avec un niveau balbutiant d’anglais. La diversité est de mise également avec un flow remarquablement maitrisé sur la plupart des titres même les plus anodins comme Warm Water par exemple.

Forcément, on retrouve les gros singles qui tachent et qui feront certainement une apparition sur les ondes mais ils ne gênent pas l’ensemble de l’album qui restent cohérent et plaisant sur l’ensemble de sa durée. Il n’y a pas de titres fillers, chacun à sa place et on appréciera tout particulièrement les titres bonus qui sont excellents et méritent à eux seuls l’achat de l’album. On est très loin de collage de singles et de faces B histoire de faire un premier album à la va vite. On retiendra notamment les titres suivants sur l’album: Goddess, Waiting Game, Brain, Stick, Drowning et Change.

Banks nous propose donc un des meilleurs albums de 2014 avec ce Goddess plein de classe, de sensualité et regorgeant de talent brut. Je suis sous le charme et je dois bien avouer que cet album passe en boucle en ce moment. On ne se lasse pas facilement avec une telle diversité de titres et de rythmes ce qui est également un gros plus à ce Goddess qui je l’espère installera Banks au sommet de la chaine alimentaire du R&B.

Images:

Banks - tumblr 1