Critique : Paloma Faith – Do You Want The Truth Or Something Beautiful?

Paloma Faith est une jeune chanteuse britannique qui n’a pas tardé à se faire un nom dans la profession. Danseuse et assistance d’un magicien à l’origine, la jeune Paloma aura très vite compris que le chant était la voie à suivre pour se faire connaitre.

A l’instar de chanteuses comme Amy Whinehouse, elle fait le show sur scène et ses performances n’ont pas tardées à être reconnues dans les principaux festivals en été 2009.

Pour l’avoir vu au petit casino à Paris, Paloma ne manque pas de talent et de présence sur scène. Son style oscille entre le jazz (light), la soul et la pop des années 2000 (non suédoise dieu merci). On y retrouve aisément ses principales influences Ella Fitzgerald, Billie Holiday ou Frank Sinatra.

Son premier album est disponible depuis septembre 2009 et la tournée qui s’en suivi fut intense et propice à la découverte de cette jeune artiste pétrie de talent.

On commence doucement avec Stone Cold Sober punchy et tubesque, les paroles sont excellentes et la voix percutante. Autant dire que l’album commence très bien.
S’ensuit Smoke & Mirrors qui se démarque avec une ambiance Soul et un accompagnement de cordes de bon aloi. Le refrain est imparable, la voix une nouvelle fois chaude et racée, il n’y a pas de doutes, on est en face d’un artiste pur sang.

Broken Doll est plus jazzy et classy mais reste agréable et originale.
Les 3 chansons suivantes sont de très bonne facture avec une mention spéciale pour Romance Is Dead pour ses paroles et son entrain.

New York est très certainement le gros tube de l’album, chanson qui reste dans la tête longtemps après écoute, refrain entrainant, voix au top, c’est une des meilleures chansons de l’année assurément.

Les 3 dernières chansons sont de bonne facture mais largement en deçà des précédents titres. Mention néanmoins spéciale à Play On qui conclu de fort belle manière ce premier excellent album.

Avis donc aux amateurs de bonne musique soul teintée de pop originale, on a peut-être trouvé la digne nouvelle Amy Whinehouse, les excès en moins.

Plus d'articles
Critique : Biffy Clyro – Only Revolutions
Aenean id, nec fringilla ut dolor. elit. efficitur.