Critique : How to Destroy Angels - An Omen 2

Critique : How to Destroy Angels – An Omen

How to Destroy Angels est donc de retour avec son nouvel EP parfaitement bien teasé et mis en avant par l’équipe de Trent Reznor. Après avoir découvert un titre et avoir écouté l’album en streaming, il est donc temps de l’écouter en FLAC ou ALAC afin de se faire une meilleure idée de la qualité de cet EP.

Après le plutôt prometteur premier EP de How to Destroy Angels, on passe donc à la vitesse supérieure avec ce second EP disponible au prix doux de 5$. Le groupe semble avoir profité du temps de latence entre les 2 EP pour ajouter une dimension plus aérienne et électronique au son et aux inspirations du groupe. Loin de se reposer sur ses lauriers, HTDA nous propose un EP incroyablement varié et trompeur après la sortie anticipée de Keep it together.

Le titre ressemble tout de même beaucoup à ce que propose NIN avec sa série Ghosts mais en version édulcorée et pernicieuse. Le titre coule doucement et ne nous lache plus jusqu’à l’arrivée salvatrice de la voix de Trent Reznor qui apporte un volume supplémentaire bien nécessaire au titre. On reste un brin sur notre faim avec ce titre même si la qualité est là, bien présente.

C’est pourtant une parfaite introduction à cet EP qui va exploser avec l’arrivée de l’excellent Ice age. Non content d’être magistral en terme de production et de travail sur le son en lui-même, ce côté folk sans l’être fera l’unanimité. La montée inexorable du titre est admirablement maîtrisée et rend le titre unique dans la courte discographie de HTDA. On the wing est déjà plus dub et électro minimaliste. D’apparence calme, le titre penche dès lors vers The Fragile avec son ambiance feutrée.

Dispensable mais efficace néanmoins. The sleep of reason produces monsters mis à part son nom à coucher dehors semble sortir directement d’une bande son à la Machinarium avec un travail énorme apporté à la production et au mixage. C’est du très beau travail mais on reste néanmoins un peu déçu par le résultat final. The loop closes est bien plus intéressant mais il ressemble toujours autant à du Nine Inch Nails avec une voix féminine collée dessus.

Trent Reznor a beau faire le guest de luxe, le titre fait juste le travail mais il le fait bien. Encore une fois, le travail apporté au son est juste admirable. Speaking in tongues est un autre titre a très forte ambiance Ghosts avec des sursauts sonores et des micro explosions électroniques du plus bel effet. Si il donnera la migraine aux non initiés, les amateurs de curiosité musicale seront aux anges avec ce titre. Il ne fera pas l’ouverture du grand journal, c’est sur!

Avec ce nouvel EP, HTDA se cherche encore une identité claire et indéniable mais il n’y parvient qu’à moitié. Mi-NIN, mi-expérimentation, il ne convainc que par intermittence grâce à des titres originaux et qui se détachent le plus de NIN quand c’est possible. Le travail apporté à la production est juste énorme tout comme le mixage et les versions ALAC ou FLAC. Comme d’habitude, on a affaire à du très bon boulot. Cet Ep n’ira pas convaincre les sceptiques et n’ira pas chercher de nouveaux fans malgré les nombreux efforts effectués par le groupe. Dommage.

Ecoute intégrale:

Achat: Vous pouvez acheter cet album sur le site officiel du groupe du groupe au prix de 5$.