Critique : Anathema - We're Here Because We're Here 2

Critique : Anathema – We’re Here Because We’re Here

Anathema est enfin de retour après un hiatus de 7 ans suite à la sortie de Natural Disaster en 2003. Ce groupe était plutôt influencé par la facette Dark Metal a ces débuts pour tranquillement se mouvoir vers un courant Prog/Post-rock depuis maintenant une dizaine d’années.

Après quelques EP plutôt convaincants, il est désormais temps pour le groupe de sortir la grosse artillerie avec cet album de 10 titres.

Ce groupe est constitué de 3 frères et de 3 autres membres pour nous offrir de très bons albums atmosphériques et ambitieux. Leur dernier album est mixé par Steven Wilson des Porcupine Tree, gage de qualité intrinsèque.

Sorti le 31 mai 2010 à renforts de buzz via leur site internet, We’re Here Because We’re Here était attendu impatiemment par ses fans anglais et un peu partout de part le monde. Le résultat est-il à la hauteur?

Chronique détaillée:
1. Thin Air
Voici donc un titre plutôt sympathique, bien arrangé et surtout rapide. Il était disponible gratuitement sur le site du groupe et on a déjà eu l’opportunité d’apprécier cet excellent titre. Les paroles sont excellents tout comme le riff et le son, véritablement carré et mixé comme il le faut, il convient d’écouter ce titre en 5.1. La différence est notable.

2. Summernight Horizon
Le départ rapide au piano est trompeur sur le titre, on est dans l’urgence et l’emphase. Ce titre est excellent avec un chant particulièrement étudié et en harmonie avec la dureté du son du titre. C’est un titre vraiment bien élaboré avec un départ rapide et péchu pour se mouvoir en magnifique débauche de guitares et de variations rythmiques. Indubitablement un titre fort de l’album et caractéristique du niveau qu’a atteint le groupe.

3. Dreaming Light
Le titre est écoutable en extrait plus bas, il est extrêmement calme et bien produit. Je vous laisse donc vous faire votre propre idée.

4. Everything
Le piano est une nouvelle fois à l’honneur dans ce titre ambitieux et calme. Le duo de voix est sublime et nous emmène loin, très loin dans les airs. Les autres instruments débarquent peu à peu pour apporter un rythme soutenu au titre, rien de trop violent mais suffisamment poussé pour ne pas en faire une simple ballade molle et oubliable.

5. Angels Walk Among Us
C’est donc ici que commence une séquence particulière de l’album avec 3 titres qui se suivent pour nous proposer quelque chose d’unique et de bien distinct des titres précédents. On est dans le prog classique avec une voix typiquement reconnaissable à la médiévale. Tout s’accélère un peu vers la fin de la chanson mais on est bien dans un trip prog certes de qualité mais standard.

6. Presence
Ce titre poursuit donc l’effort précédent avec une voix parlé et des orgues de bon aloi.

7. A Simple Mistake
On arrive au dernier titre du trio et les 8 minutes qui le constituent passent presque trop vite. Tout s’accélère fortement vers le milieu du titre pour nous offrir un final grandiloquent et grandiose. Ca me fait fortement pensé à du Porcupine ce qui n’est pas un défaut en soi.

8. Get Off, Get Out
Voici un autre titre typiquement prog dans son entame et son approche. Pourtant, il est plus complexe qu’il n’y parait et se révèle dès que le rythme s’accélère. On a donc un très bon titre péchu avec une section rythmique au top et un chant plus agressif. Ca réveille après la pause atmosphérique des 3 derniers titres.

9. Universal
Ce titre est assez calme et long à se mettre en place, on est vraiment dans le rock dans toute sa splendeur, solo dantesque, piano réalisant un combo breaker inattendu. C’est un pari assez spécial, couillu mais au final réussi par le groupe.

10. Hindsight
Une douce vague de synthés vient nous chatouiller les oreilles, une voix lointaine nous délivre un message à peine audible et la guitare se mue en ode au Post-rock. C’est une entrée en matière magistrale que nous propose le groupe avec cette chanson de 8 minutes 11. On est dans ce qu’il y a de meilleur en matière de Post-rock, le groupe a vraiment plusieurs cordes à leur arc, c’est indéniable. Un seul mot, bravo!

Avis final:
je pense que vous aurez compris que nous avons affaire à un très bon album d’Anathema après le bon mais pas foncièrement convainquant Natural Disaster. Ce groupe a vraiment quelque chose de spécial, d’unique qui empêche les critiques faciles et les amalgames entre eux et Porcupine Tree.

J’attendais énormément de cet album après la découverte de 3 titres inédit via leur site web et là je dois bien avouer que je suis conquis. Tout est travaillé, façonné pour nous offrir un album digne d’éloges.

Cette recherche permanente sur le son et les arrangements est particulièrement mis en avant en terme de production mais aussi de mixage. Comme je vous l’indiquais précédemment, n’hésitez pas à vous procurer l’édition limitée CD/DVDa car le mix 5.1 vaut à lui seul l’achat de l’album. C’est bien supérieur au mix 5.1 du dernier album d’Opeth par exemple.

Achat:
L’album est disponible sur toutes les plateformes légales de téléchargement mais je ne saurais trop vous conseillé de l’acheter directement sur le site du groupe à cette adresse pour prendre la version DVDa/CD au prix de 11.99£ qui feront 16.30€. (a noter que j’ai eu quelques menues difficultés à utiliser leur site via Opera, privilégiez Firefox ou IE).

Extraits: