Never Alone

Test : Never Alone – Kisima Ingitchuna

Never Alone – Kisima Ingitchuna est un jeu qui a fait grand bruit lors de sa présentation ainsi qu’auprès de la presse avec sa réalisation superbe, sa thématique et son background très recherché. Il s’agit du premier jeu développé sur les Iñupiat, une tribu vivant en Alaska, il aura fallut l’aide de 40 d’entre eux pour clôturer le projet et nous proposer aujourd’hui ce ravissant jeu de plateforme. Ce jeu nous place dans la peau d’une jeune inuit Nuna et de son fidèle ami le renard arctique, ensemble ils vont braver les plaines enneigées et hostiles de l’arctique.

Never Alone – Kisima Ingitchuna est un jeu de plateforme qui est surtout destiné à se jouer en binôme, un joueur prenant le contrôle de Nuna alors que l’autre prendra le contrôle du renard. Les puzzles nécessitent souvent nos 2 compères et ils deviennent parfois difficiles à faire lorsque l’on joue seul, non parce qu’ils sont complexes mais surtout à cause de l’IA alliée qui ne manquera pas de faire le grand saut dans le vide vous obligeant à refaire une section entière d’un niveau.

Le jeu est relativement court et il ne vous faudra que quelques heures pour le terminer à 100% sans trop d’espoir de le refaire car la rejouabilité n’est pas garantie sauf si vous jouez avec d’autres personnes afin de leur faire découvrir le jeu, à 15€ le jeu c’est un peu léger. le challenge est assez limité également, on restera surtout bloqué à cause de puzzle difficiles à cerner plutôt qu’à cause de passage ardus et nécessitant une entente parfaite avec son binôme.

Au niveau de la réalisation, le jeu est beau et bien fait, les animations sont superbes et les environnements majestueux. La musique n’est pas en reste, elle est superbe et ne lasse que rarement l’auditeur. La maniabilité est bonne malgré quelques couacs au niveau de certains enchainements avec le renard par exemple, tout n’est pas toujours très clair ni limpide. Le jeu peut se jouer avec le pad Xbox One et avec celui de la 360 sur PC, tout fonctionne sans problème malgré quelques bugs de pertes de boutons avec le pad Xbox One, mes boutons X, Y , B et A ne répondant plus à quelques rares ocassions.

Autre gros point fort de ce Never Alone – Kisima Ingitchuna, c’est la mise en avant de la culture et des coutumes des Iñupiat via de très beaux reportages et autres textes bien écrits. Il y a plus de 30 minutes d’interviews de personnalités locales ainsi que de très nombreux tableaux relatant les Iñupiat que l’on débloque au fur et à mesure de notre avancée dans le jeu. Tout est fait pour que l’on y jette un coup d’œil et que l’on s’intéresse à ce peuple.

Le jeu est traduit en de multiples langues ce qui est un gros plus et il dispose de 9 cartes Steam qui restent assez chères (ca oscille entre 0.30€ et 0.16€) pour le moment si vous souhaitez crafter le badge afin de monter votre niveau Steam à moindre frais. Les achievements sont simples à obtenir ce qui fera mieux passer la pilule pour ceux qui sont déçus de la faible durée de vie. Never Alone – Kisima Ingitchuna est un jeu que l’on aime montrer et qu’il est appréciable d’observer par dessus l’épaule du joueur mais malheureusement, il n’est pas toujours aussi agréable à jouer la faute à une maniabilité limite comme vu précédemment. Dommage!

Au final, Never Alone – Kisima Ingitchuna est un joli jeu vidéo qui raconte une belle histoire. C’est une expérience trop courte mais elle est enrichissante. Même si on a un peu l’impression que le prix d’entrée est un peu élevé par rapport au temps passé sur le jeu, on ne regrettera pas l’investissement. Il convient également d’éviter de jouer à ce jeu avec de jeunes enfants car les morts sont parfois brutales, jamais sanglantes mais si le jeu est conseillé aux plus de 12 ans c’est totalement justifié. Pour les plus pingres d’entre vous, le jeu est disponible au prix de 4 clés TF2 sur le marché Russe.

Images:

Plus d'articles
Book of Demons
Test: Book of Demons
quis commodo elementum ante. elit. leo. dictum tristique Phasellus nec eget