Drifting Lands

Drifting Lands: En france, on loot français!

Drifting Lands: En france on loot français!

Drifting Lands est enfin disponible en Early Access sur Steam après plusieurs mois passé en démo jouable (alpha). Débuté en 2013 par les nantais de Alkemi, le jeu est passé par pas mal de transformations pour arriver à un habile mélange de Shoot’em Up et de hack’n’Slash dans lequel on obtient du loot. On retrouve donc tout ce qui le succès de ces genre de jeux à savoir plusieurs vaisseaux jouables, chacun doté de sa jouabilité propre et de son équipement à lui, des compétences à acheter et des objets à obtenir et à crafter à partir de plans. On se croirait presque dans un RPG! Ce sentiment perdure d’ailleurs pendant les premières heures de jeu car pour passer au palier suivant de notre progression , il faudra affronter un boss qu’il faudra pourfendre pour espérer aller plus loin. Forcément, plus on farme des niveaux et plus on obtient des objets différents et plus on gagne d’argent ce qui nous permettra d’acheter des compétences, des vaisseaux et de s’acheter des objets à partir des plans que l’on a trouvé et lié à notre marché.

On retrouve donc un hub central dans lequel on va sélectionner ses missions en fonction de leur difficulté et de leur durée. Plus les missions seront longues et plus on aura de chances d’obtenir ce que l’on cherche. On peut également aller dans notre hangar où se trouvent nos vaisseaux et nos objets. Chaque objet est caractérisé par des caractéristiques propres et des bonus variés. Pour certains, on trouve même des malus qu’il faudra bien appréhender pour éviter les fails une fois en mission. Certains malus sont d’ailleurs particulièrement pénalisants, faites bien attention. On trouve de multiples pièces d’équipement que l’on ne pourra équiper que si notre vaisseau satisfait leurs pré-requis comme une certaine maitrise ou un certain niveau d’armement. Ces niveaux s’achètent avec l’argent du jeu et il faut bien faire attention avant de partir en mission avec des objets destructibles. en effet, il est possible de perdre une pièce d’équipement après un échec dans une mission et dans le cas où notre vaisseau est éliminé. Si celui-ci nous octroyait des bonus, ils seront perdus et certains équipements nécessitant un certain pré-requis pourraient ne plus fonctionner en mission.

Loot’em up

Un autre endroit intéressant dans le jeu est le marché, celui-ci nous propose donc d’acheter du matériel, d’en vendre avec plusieurs flitres possibles mais aussi d’ajouter des plans obtenus en mission. Ces plans nous permettront de créer des objets d’un niveau de qualité N-1 par rapport à la qualité du plan, c’est un bon concept et une bonne idée. On pourra également acquérir des compétences que l’on attachera à notre vaisseau, on peut utiliser 4 compétences actives à la fois et 2 compétences passives. Il existe plusieurs variantes des compétences que l’on ne pourra débloquer qu’une fois un niveau de difficulté atteint, généralement un boss de fin de niveau. Il faudra bien faire attention lorsque l’on vend notre matériel, il n’existe pas de bouton Annuler, pensez donc à mettre de côté le matériel que vous souhaitez garder.

Drifting Lands n’est pas qu’un simple jeu qui mélange les genres maladroitement, il excelle également dans sa partie principale, les phases d’action! On se retrouve à l’instar d’un R-Type à combattre des vagues d’ennemis variés qui vont des simples mines à la nuée de nuisibles en passant par les gros boss qui prennent une bonne partie de l’écran. Si le début de l’aventure n’est pas très variée et encore moins difficile, on comprend vite que les choses sérieuses arrivent après le second niveau de difficulté. Il va donc falloir éviter les très nombreux tirs adverses, éviter les multiples pièges se trouvant éparpillés dans les niveaux mais aussi éviter les collisions avec les ennemies. Celles-ci sont en général fatales et vous feront perdre votre niveau, sachez que lorsque vous êtes éliminés à un niveau, vous perdez votre butin, vos sous mais aussi les objets destructibles que vous avez récupérés dans le niveau. En revanche, si vous perdez par manque de temps pour détruire un boss et que vos n’êtes pas détruits, vous échouez simplement la mission sans pour autant perdre vos précieux acquis. Sachez également qu’il est possible d’abandonner une mission en cours si jamais on est certain de ne pas pouvoir la terminer sans perdre. On garde ce que l’on récupérer durant notre temps dans la partie, on perd tout si l’on se fait abattre avant d’avoir pu fuir.

Tout n’est pas rose pourtant.

En effet, Drifting Lands n’est pas exempt de légers soucis pour le moment. Même si le jeu est déjà excellent, on peut lui reprocher quelques points qui ne demandent qu’à être corrigés. Tout d’abord, le tutoriel n’est pas excessivement clair et ce même si on prend le temps de lire les explications. Il arrive parfois que l’on se retrouve avec son arme principale qui ne fait pas de dommage car on a cassé une pièce d’équipement lors d’une mission et que l’on ne puisse plus l’utiliser sans que ce soit indiqué clairement par le jeu en cas de Retry de la mission. Au niveau de la réalisation, le jeu est superbe mais pas encore très varié. Il arrive assez souvent que l’on ne voit pas très bien tous les tirs adverses et que l’on se fasse touché sans trop comprendre d’où provient la menace.

Certains ennemis sont particulièrement pénible comme les petits drones sombres qui explosent et qui infligent énormément de dégâts. Pour peu que l’on ait une combinaison de boss avec ce type d’ennemi, on est certain de devoir recommencer. Certains cooldowns sont assez long et nécessitent d’avoir toujours une bonne jauge de focus et d’énergie bien remplie. L’équilibrage des compétences est encore assez précaire avec certaines qui sont presque indispensable et d’autres que l’on utilise presque jamais. La maniabilité est très bonne mais il arrive assez souvent que l’on perde un niveau à cause du positionnement du bouton des lames que l’on a pas assez bien enfoncé et qui nous fait avancé vers le boss résultant à une défaite immédiate. Certes on peut déplacer les compétences là où on le souhaite sur la croix directionnelle mais entre les tirs ennemis, les mines et les boss qui nous foncent dessus alors que l’on est immobile à cause de l’utilisation des lames, c’est parfois frustrant.

Pour le moment, Drifting Lands est un excellent jeu qui ne demande qu’à s’améliorer et à devenir une référence en la matière. Je suis sous le charme et je compte bien m’améliorer car j’ai la fâcheuse tendance à mourir bêtement vers la fin des combats de boss, trop de pression! Vu le prix demandé, je vous invite à essayer de toute urgence ce jeu et de commenter ce qui vous plait et ce qui ne vous plait pas. C’est bien là tout l’intérêt d’une sortie en Early Access.

Artworks:

Images du jeu:

Page Steam:

Plus d'articles
Test : Espgaluda II – iPhone/iPod/iPad
pulvinar consequat. risus. dolor leo. Donec risus