Critiques MusiqueIndie

Critique : offthesky – Silent Went the Sea, et au milieu coule un océan

offthesky est un artiste de musique expérimentale dénommé Jason Corder. Il est originaire de Denver au Colorado. Il est plutôt du genre prolifique avec maintenant 50 sorties en son nom ou en collaboration depuis ces 15 dernières années. 1 an après le déjà excellent The Serpent Phase, voilà que débarque Silent Went the Sea, un double LP doté d’un DVD.Il ne se contente pas de reprendre ce que sait faire l’artiste mais bel et bien de proposer une expérience unique, singulière et enrichissante.

offthesky – Silent Went the Sea

offthesky nous propose avec Silent Went the Sea de se laisser porter au fil de l’eau et des océans. Insofar, In So Far débute le doux voyage avec de superbes instrumentations qui vont et viennent à l’instar des vagues le long d’une mer calme et apaisée. Quelques sons plus stridents se font l’écho des profondeurs mais on reste dans la plénitude et la contemplation. On navigue tranquillement jusqu’à entendre les bateaux et autres instruments marins. Pacific ne se veut pas plus remuant. On se sent comme en apesanteur sous l’eau, juste bercé par les vagues et les courants. Les cordes se font plus présentes sans jamais briser l’harmonie de cet instant magique. Brillant!
Silent Went the Sea

Ne bougez plus s’il vous plait!

Diamond Day est un titre plus traditionnel avec une progression linéaire constante sans aucun faux pas. Il nous emmène doucement vers Be Still, un titre fort qui nous laisse là, seuls, à regarder le paysage marin devant nous. On cherche nos points de repères dans cette immensité afin d’y dresser une carte.U ne sorte de logique que l’on ne parvient pas au final à effleurer au bout de 5 minutes d’anthologie. Neath décrit parfaitement ce que l’on peut attendre de Silent Went the Sea. Tout commence doucement pour finalement instaurer un climat plus nuancé avec les cordes stridentes et haut perchés.

L’horizon se trouble.

Avec Halcyon Blurr, les lignes se troublent, on perçoit des voix, des appels à l’aide. Sans nous mettre mal à l’aise, on les ressent plus comme des chants de sirènes hypnotiques et pénétrants. L’ivresse des profondeurs est perceptible, palpable et on tente comme on le peut de s’en échapper. Form Light constitue une transition longue et sereine vers des coordonnées jusque là inconnues. Les appels radio fantomatiques vont et viennent sans que l’on sache où l’on se situe. Que peut-on réellement espérer de ce périple? Dépaysement garanti! Instance Infinite est un final radieux, un vrai rayon de soleil qui jaillit des nuages sur une mer enfin calme, apaisée.
Silent Went the Sea

Et au milieu coule un océan.

Silent Went the Sea est un album colossal et palpitant. Il nous entraine doucement loin du rivage pour mieux nous laisser seul au milieu de nul part, paniqués. On tente dès lors de se rattraper à tout ce que l’on peut. Des appels radios, des sirènes pour au final, entrevoir l’espoir et de nouveaux horizons. Il est très difficile de tout comprendre à la première écoute. La seule chose que l’on retient c’est que la mer est redevenue silencieuse et que l’on en redemande!

Achat:

Vous pouvez vous procurer l’album sur Bandcamp au prix raisonnable de 7$.

Ecoute intégrale:

Tags
En voir plus

Loutre Perfide

Vieux con qui cherche à faire découvrir quelques perles dans tous les domaines.

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

facilisis Sed venenatis massa Donec vulputate,
Close